Edito

Pas de réussite sans animation dans la durée

Benoît Facchi
Phillipe Girardin

Président du PNR des Ballons des Vosges
Président de la Commission Biodiversité et gestion de l'espace à la Fédération des PNR de France

Les Parcs naturels régionaux (PNR) ont eu pour mission, dès leur création, de préserver les patrimoines naturel et culturel, incluant en particulier la préservation de la biodiversité et des paysages. Plus d'une centaine de chargés de mission la prend en charge au travers des 48 PNR.

Ce qui fait l'originalité du travail des écologues des PNR, c'est de pouvoir intégrer la préservation de la nature et des paysages au sein de projets interdisciplinaires. Certes, cette interdisciplinarité n'est pas innée et demande un apprentissage dans les Parcs comme partout, mais le cadre de travail, à savoir le contact quotidien avec les collègues urbanistes, forestiers, agronomes, spécialistes du tourisme, des questions énergétiques ou des sports de pleine nature, facilite ce type de démarches.

Aussi, lorsqu'il s'est agi de mettre en oeuvre concrètement le concept de trame verte et bleue, les équipes des Parcs ont mis à profit leur expérience dans le domaine des documents d'urbanisme (PLU, SCOT…), des plans de développement agricole, des chartes forestières de territoire, des schémas d’aménagement et de gestion des eaux ou encore des contrats de rivière.

Dès le départ, la trame verte et bleue n'a donc pas été appréhendée, dans les Parcs, comme une simple affaire de naturalistes, mais comme un projet interdisciplinaire. L'habitude de la concertation, de mettre autour de la table tous les acteurs d'un territoire, a été utile dans beaucoup de cas pour faire partager la notion de corridor écologique et sa traduction concrète, par exemple, dans un PLU.

Il en est de même pour la mise en place de la trame verte et bleue comme pour celle du réseau Natura 2000 ou celle d'un plan paysage, il faut à la fois du temps et une animation de terrain, ce dont les parcs ont la chance de disposer au travers de leurs équipes techniques.

Cette chance doit être saisie par chaque responsable communal ou intercommunal, et cela d'autant plus lorsque sa collectivité locale n'a pas les moyens en ingénierie pour répondre aux défis environnementaux d'aujourd'hui.

Lire la suite
Retour au sommaire

Vie du groupe d'échange national

Créé en 2005, le groupe Trame verte et bleue est un lieu d’échanges entre «experts» et «praticiens» des corridors écologiques et des trames vertes et bleues. Le groupe comprend 40 PNR et des partenaires de plus en plus nombreux (établissements publics, collectivités territoriales, associations, laboratoires de recherche,…), pour un total d’une centaine de membres.

Prochain rendez-vous : le11 octobre

Trame verte et bleue et agriculture

En valorisant plus de la moitié de la surface du territoire français et en assurant le maintien de divers habitats naturels, l’agriculture joue un rôle essentiel dans la préservation de la biodiversité et des continuités écologiques nécessaires à la survie de nombreuses espèces. Cette biodiversité lui est par ailleurs nécessaire en raison des nombreux services rendus par les écosystèmes (auxiliaires des cultures, meilleure résistance aux pathogènes, lutte contre l’érosion des sols, régulation thermique…).

Dans ce contexte, quels équilibres trouver entre préservation et remise en bon état des continuités écologiques et maintien voire développement de l’activité agricole ? Quelles sont les synergies à développer ? Quelles marges de manœuvre existent lors de conflits d’usage ?

Cette journée d’échanges, co-organisée avec AgroParisTech, vise ainsi à :

  • revenir sur les éléments constitutifs de la Trame verte et bleue en milieu agricole et les enjeux associés ;
  • partager les expérimentations, outils et méthodes pour mettre en œuvre cette TVB en milieu agricole ;
  • échanger autour des freins et leviers pour concilier prise en compte des continuités écologiques et activité économique.

Contact : Claire Hamon, Fédération des Parcs naturels régionaux

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

Forêt ancienne La Tuilière (commune de Buoux)
David TATIN

Une trame de vieux bois dans la Réserve de Biosphère Luberon -­ Lure

Dans le cadre de sa Charte Forestière de Territoire (CFT), le Parc naturel regional du Luberon s’intéresse depuis 2011 à la mise en œuvre d’une trame de vieux bois dans ses massifs forestiers. Depuis 2013, le Centre Régional de la Propriété Forestière de PACA accompagne également cette démarche sur le périmètre de la CFT de la Montagne de Lure. Ces deux territoires, réunis dans la Réserve de biosphère Luberon-­Lure, travaillent sur le sujet de manière concertée et complémentaire.

Les forêts anciennes, des réservoirs de biodiversité
Certaines forêts du Parc naturel régional du Luberon sont remarquables par leur ancienneté et leur naturalité. Elles hébergent une très riche biodiversité forestière et sont reconnues par la charte du parc comme des secteurs de valeur biologique majeure.  En effet, les forêts à la fois anciennes et âgées sont cruciales pour de nombreuses espèces rares et menacées. Des oiseaux, chauves-souris, coléoptères et plantes spécifiques trouvent leur gîte dans les cavités des gros chênes, dans les bois en décomposition, dans des sols forestiers anciens.
De manière générale dans les massifs boisés, la production forestière (pour le bois de chauffage comme pour le bois d'oeuvre) nécessite la récolte des arbres avant leur vieillissement, et ne permet pas aux stades âgés de la forêt d'être suffisamment représentés. Il convient donc de localiser et de préserver certains secteurs de vieux bois, dans la logique d'une trame fonctionnelle adaptée aux différentes échelles de gestion forestière.
La mise en oeuvre de cette trame de vieux bois doit permettre d'assurer une continuité écologique temporelle et spatiale pour les espèces liées aux phases de sénescence.

Une démarche concertée de deux territoires
Cartographier les forêts anciennes
Dans le cadre d’un partenariat entre le PNR du Luberon et le WWF, la digitalisation et l’analyse de 7 cartes d’état–major ont permis la reconstitution de l’histoire des forêts du Luberon. Il est possible d’isoler les forêts dites « anciennes » (couvert boisé continu depuis plus de 150 ans), qui couvrent 47 000 ha.

Inventorier les réservoirs de biodiversité
La connaissance des forêts remarquables et anciennes du territoire est partielle. Pour établir la trame de vieux bois, il faut localiser les forêts « réservoirs de biodiversité » puis hiérarchiser les peuplements selon les enjeux de conservation.
Ce travail a été réalisé sur 21 sites en forêts privées et 6 forêts publiques dans le Luberon et sur une soixantaine d’îlots sur le versant sud de la Montagne de Lure (dont 2/3 en forêt privée et 1/3 en forêt publique).
L’analyse écologique s’est appuyée à l’échelle de la Réserve de Biosphère Luberon-­Lure sur le protocole d'inventaire WWF des forêts anciennes, qui permet notamment de définir un degré de naturalité. L’indice de biodiversité potentielle (IBP) a été utilisé de manière complémentaire sur les relevés de la Montagne de Lure.
Les forêts inventoriées sont intégrées dans une base de données commune « forêts anciennes » du Système d’Information Territorial des PNR de PACA. (cartographie dynamique accessible en ligne www.pnrpaca.org)

Sensibiliser et former les acteurs
Le CRPF PACA va mettre en place un martéloscope sur la Montagne de Lure pour sensibiliser les acteurs forestiers du territoire (dont les propriétaires privés) à la prise en compte de la biodiversité et de la trame de vieux bois dans la gestion forestière courante.

Améliorer la connaissance
Le Parc du Luberon cherche à combler les lacunes de connaissance des veilles forêts méditerranéennes en menant des études spécifiques:

  • sur les plantes caractéristiques de l’ancienneté de l’état boisé dans le sud de la France (Partenariat INRA)
  • sur l'utilisation des forêts par les chiroptères selon leur maturité ou leur naturalité (Partenariat Groupe Chiroptères de Provence/ONF)

Mise en oeuvre d'une trame de vieux bois
Sur la Montagne de Lure, les discussions sont en cours pour définir la méthode qui sera testée pour « relier » les réservoirs de biodiversité. Elle sera testée sur 6 communes du versant sud du massif. La trame interstitielle sera caractérisée grâce à l’IBP. Des propositions en termes de gestion forestière, spatialisées et adaptées par type de peuplements, serviront de base à un dialogue avec l'ensemble des acteurs du territoire afin de définir avec eux les conditions de mise ne oeuvre de cette trame verte intra-forestière. Une animation spécifique auprès des propriétaires privés sera menée.
Côté Luberon, une pré-­étude pour la mise en place d’un réseau de vieux bois a été réalisée en 2012 à l'échelle d'un massif de 10000ha. Le Parc continue sa réflexion pour définir les modalités de mise en œuvre concrète de la trame de vieux bois, qui s’appuieront notamment sur les résultats du CRPF PACA.

Objectifs
Cette réflexion conduite par le PNR Luberon depuis 2011 sert ainsi de base à la mise en oeuvre de mesures de gestion à différents niveaux:

  • définition de la Trame verte
  • création de réserves de biologiques forestières
  • définition de mesures de gestion adaptées avec les propriétaires privés et l'ONF
  • mise en oeuvre de contrats Natura 2000 en faveur des bois sénescents
  • amélioration de la connaissance des milieux forestiers méditerranéens par la mise en place d'inventaires et de suivi de la biodiversité spécifique aux vieilles forêts
  • contribution à la définition des politiques régionales : Schéma régional de cohérence écologique et stratégie globale pour la biodiversité de la région PACA.

Chêne sessile de la forêt communale de Vachères © David TATIN

Lichen pulmonaire - La Tuilière (© David TATIN)


Contact

Aline SALVAUDON
Chargée de mission "Espaces naturels"
Parc naturel régional du Luberon
Mail : aline.salvaudon@parcduluberon.fr

Lire la suite
Retour au sommaire

Actualités nationales

Nouvelle réunion du comité national TVB

le25 septembre

Le Comité national trames verte et bleue s’est réuni à nouveau le mercredi 25 septembre 2013. Cette séance a été consacrée à l'examen  des dispositions de deux projets de lois en préparation susceptibles d'avoir un effet sur les continuités écologiques, à savoir le projet de loi sur la biodiversité et le projet de loi d'avenir agricole et forestier. La prochaine réunion du comité est prévue le 27 novembre prochain.

Mise en ligne d'un guide national sur la TVB dans les documents d'urbanisme

le26 septembre

Ce guide méthodologique s'adresse en particulier aux collectivités chargées d'élaborer ou de réviser leur document d’urbanisme, mais aussi aux acteurs et services les accompagnant dans ces démarches. Il fait état des possibilités offertes par les dispositions actuelles du code de l’urbanisme pour intégrer l’enjeu Trame verte et bleue dans les documents d’urbanisme. Il expose et illustre l’identification des continuités écologiques et leur intégration dans les différentes phases d’élaboration et parties des documents d’urbanisme. Ces aspects peuvent être approfondis avec certains des documents référencés dans la bibliographie, en particulier les guides dédiés aux SCoT et PLU édités en Midi-Pyrénées.

Retour au sommaire

Actualités des régions

L'élaboration des schémas régionaux de cohérence écologique se poursuit

le26 septembre

Les travaux d’élaboration des schémas régionaux de cohérence écologique sont actuellement en cours dans toutes les régions, en concertation ou co-construction avec les acteurs locaux (ateliers thématiques ou territoriaux) et en association avec un comité régional trames verte et bleue:
 -l’identification et la cartographie de la Trame verte et bleue sont abouties ou en cours dans la totalité des régions ;
 -l’élaboration du plan d’action des SRCE est lancée dans la moitié des régions.
Les phases de concertations officielles avant approbation et adoption des schémas sont engagées dans les régions les plus avancées : les consultations institutionnelles sur les projets de SRCE, avant enquête publique, ont été menées avant l’été 2013 dans les régions Ile-de-France et Nord-Pas-de-Calais et sont en cours actuellement dans quatre autres régions : Basse-Normandie, Provence-Alpes-Cote-d’Azur, Alsace et Rhône-Alpes.
L’enquête publique sur le projet de SRCE de la région Ile-de-France s’est terminée fin juin, l’adoption du SRCE d’Ile-de-France est prévue cet automne.
Les prochaines enquêtes publiques devraient être engagées cet automne.

Alsace

Le schéma régional de cohérence écologique alsacien en phase de consultation

le16 septembre

En Alsace, la Région avait anticipé la démarche “Trame verte et bleue” en engageant une politique sur la trame verte dès 2003 (cartographie au 1/250.000ème réalisée sur l’ensemble de la région et mise en place d’un dispositif d’aides financières pour la mise en œuvre de projets concrets). L’élaboration du Schéma Régional de Cohérence Ecologique alsacien s’inscrit donc dans la continuité de cette démarche.
Depuis décembre 2010, l'élaboration de ce schéma a reposé sur des groupes thématiques coordonnés par un groupe de travail SRCE et un comité de coordination associant un grand nombre d'acteurs, au travers des réunions des groupes de travail, mais aussi de l’organisation de réunions sectorielles et de contributions écrites. Un comité politique, le Comité Alsacien de la Biodiversité (valant aujourd’hui comité de suivi de la trame verte et bleue), a également été mis en place dès juillet 2010.
Le 5 juin dernier, le projet de SRCE proposé par l’Etat et la Région a été présenté à ce comité (CAB), avant de rentrer dans la phase de consultation à partir de fin juillet 2013, pour une durée de trois mois.
Cette phase sera ensuite suivie d’un autre CAB à la mi-novembre pour arbitrer la prise en compte des avis issus de la consultation. L’enquête publique se déroulera de mi-décembre à mi-janvier 2014.

Aquitaine

Lancement des ateliers départementaux

le9 octobre

Dans la poursuite de leur démarche de concertation pour l'élaboration du Schéma régional de cohérence écologique aquitain, la DREAL et le Conseil régional débutent une phase de 5 réunions départementales sur le plan d'actions. Celles-ci auront lieu les 9, 15, 16, 22 et 23 octobre respectivement en Pyrénées Atlantiques, en Gironde, en Dordogne, en Lot et Garonne et dans les Landes. Ces ateliers, réunissant entre 60 et 80 personnes, font suite à des réunions thématiques organisées en mai et juin derniers, également sur la partie plan d'actions.

Ces réunions départementales passées, la présentation des retours et de l'état d'avancement du plan d'actions seront ensuite exposés lors d'un comité régional TVB, le 28 novembre prochain.

Franche-Comté

Troisième Comité Régional TVB et Groupes de travail sur le plan d'action stratégique

le11 juillet

© Patricia Droz, DREAL Franche-Comté

Le Comité Régional Trames Verte et Bleue (CRTVB) a tenu sa troisième réunion le 11 juillet 2013, sous la co-présidence de Patrick SEAC’H, adjoint au Directeur de la DREAL, et de Sophie FONQUERNIE, Vice-présidente de la Région Franche-Comté, déléguée à l’Agriculture, la Forêt, le Bois et l’Environnement. Cette réunion a compté une soixantaine de participants, issus de 40 structures, et a permis de présenter une première proposition de cartographie de la Trame Verte et Bleue franc-comtoise, sur la base des 7 sous-trames issues du diagnostic des enjeux régionaux et des contributions méthodologiques issues des 4 groupes de travail de mars 2013.
 
4 groupes de travail thématiques se sont tenus dans la foulée les 15 et 16 juillet 2013 dans le cadre de l’élaboration du Plan d’Action Stratégique (PAS) pour la préservation et la remise en état des continuités écologiques constitutives du réseau écologique franc-comtois. Les nombreuses contributions reçues lors de ces groupes de travail techniques permettront de compléter et d’enrichir la réflexion du bureau d’étude, en vue d’aboutir à une première proposition de PAS, qui sera présentée aux réunions territoriales de l’automne 2013.

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Phase de consultation et Comité Régional Biodiversité

le17 septembre

Le comité régional biodiversité (CRB), instance de concertation placée sous la présidence conjointe du préfet de région et du président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, a été créé fin 2012 et regroupe, à travers une centaine de membres, l'ensemble des acteurs de la biodiversité et de l'aménagement du territoire. Ce CRB s’est réunit le 17 septembre dernier pour débattre du projet de Schéma régional de cohérence écologique (SRCE). Les membres ont à cette occasion souligné la qualité du travail réalisé à travers notamment la diversité des solutions proposées et des axes d'approche évoqués pour faciliter la prise en compte des problématiques de continuité écologique. Des illustrations par des acteurs de terrain, élus et techniciens qui ont su valoriser dans leurs projets une telle approche, et en ont démontré le caractère réaliste. Les questions de déclinaison du SRCE dans les documents d'urbanisme, d'accompagnement local, notamment financier, des acteurs, ou encore des continuités à assurer avec les régions frontalières ont également été soulevées lors de ce comité.

Le SRCE PACA est donc actuellement proposé à la consultation des groupements de collectivités de la région et à l'avis de plusieurs institutions environnementales, depuis le 15 juillet 2013 jusqu’au 31 octobre.
Par la suite, le SRCE sera soumis à une enquête publique d'ampleur régionale cet hiver pour une validation prévisionnelle du document en juin 2014.

En savoir plus

Retour au sommaire

Actualités locales

Niort élue capitale française de la biodiversité 2013

le24 septembre

Le concours des collectivités locales engagées dans la préservation de la biodiversité, organisé pour la quatrième fois par Natureparif, a élu Niort (Deux-Sèvres) capitale française de la biodiversité 2013. Axée sur la thématique de l'eau, cette édition a voulu récompenser la volonté politique de la ville de stopper l'étalement urbain, sa démarche stratégique sur la trame verte et bleue urbaine et ses actions exemplaires pour préserver et restaurer les cours d'eau et zones humides en ville.

En savoir plus
Téléchargez la fiche expérience du centre de ressources

A Paris, ballade dans « un corridor écologique » (un nouveau tronçon de petite ceinture ouvre au public)

le16 septembre

Construite autour de Paris sous le Second Empire (1852 – 1869), la Petite Ceinture est une voie ferroviaire de 32 km. Cette ligne de chemin de fer a transporté les voyageurs jusqu'en 1934 et les marchandises jusqu'à la fin des années soixante-dix.
Né de la volonté de la Ville de Paris de rendre de nouveau accessible aux Parisiens ce lieu emblématique et historique, un programme d’aménagement paysager de l’environnement naturel de la Petite Ceinture a été lancé.
Pour permettre l’accès de ce site au public, la Ville de Paris a donc réalisé un aménagement paysager qui préserve le patrimoine ferroviaire et met en valeur cette biodiversité singulière. La Petite Ceinture du 15e réunit en effet des habitats naturels variés et intéressants tels que le boisement, la prairie, la friche, la lisière forestière, la végétation pionnière des ballasts et des murs et constitue un corridor écologique pour les nombreuses espèces qui y vivent ou s'y promènent.

En savoir plus
Voir une vidéo (source: Libération, 4 septembre 2013)

Parc naturel régional de l’Avesnois: pour une meilleure prise en compte des éléments de trame dans les documents d'urbanisme

le11 septembre
Journée de restitution des ICB 2012 à Rejet-de-Beaulieu dans une prairie mésohygrophile
Perrine ARFAUX

L’Inventaire Communal de la Biodiversité (ICB) est une opération portée par le Parc naturel régional de l’Avesnois et mise en place avec les communes volontaires, en amont du lancement de leur document d'urbanisme (PLU). Avec l’appui technique du Conservatoire d’Espaces Naturels du Nord et du Pas-de-Calais, des prospections de terrain sont réalisées pour améliorer la connaissance de la faune et de la flore présentes dans ces communes.

Suite aux inventaires, un rapport composé de cartographies commentées et de photographies est réalisé. Ce document permettra aux communes de prendre en compte les enjeux écologiques en amont de leurs futurs projets d’aménagement et d’ainsi concilier développement et biodiversité.

Ces ICB constituent ainsi un porter à connaissance des éléments de trame verte et bleue pour une prise en compte dans l'élaboration du document d'urbanisme.

Les réunions, les courriers « toutes boîtes », les rencontres ponctuant les inventaires et la journée de restitution « sur le terrain » sont autant d’occasions de sensibiliser les élus, les usagers et les habitants à la richesse et la fragilité de la faune et la flore qui les entourent.

En savoir plus

Les poissons migrateurs bientôt libres de circuler le long de la Sarthe domaniale!

Le long de la rivière Sarthe, le Département a engagé un vaste programme de restauration de la continuité écologique : à terme, sept ouvrages permettront aux poissons migrateurs de circuler sur 50 km des 96 du cours d’eau navigable.

La rivière Sarthe, longue de 313 km, est en partie la propriété domaniale du Département entre Le Mans et Pincé. La navigation sur la Sarthe aval est rendue possible grâce à la retenue d'eau générée par les 16 ouvrages présents. Classée comme cours d’eau à poissons migrateurs par le Code de l’environnement, elle doit faire l’objet de travaux sur sa partie aval afin de restaurer la continuité écologique. Il s’agit de permettre la circulation des espèces piscicoles le long de la rivière par l’aménagement de passes à poissons.

Le "Marathon du saumon"

le15 août

L’Association Saumon Sauvage a organisé un raid « le Marathon du saumon » du 15 au 31 août 2013. Il visait à symboliser la migration des jeunes saumons de Langeac dans le Haut-Allier jusqu’à Nantes.

L’objectif était de fédérer les acteurs locaux et de permettre aux participants (familles, associations, entreprises...) la découverte du patrimoine exceptionnel que représentent la rivière Allier, la Loire et son saumon atlantique.

Une convention pour préserver les forêts anciennes

Préserver les forêts anciennes en les maintenant en évolution naturelle, tel était le souhait de Georges Mermillon, qui a assisté à l’une des réunions programmées par le centre de la propriété forestière Rhône-Alpes. Ce dernier a effectué les démarches nécessaires. Il est le tout premier propriétaire forestier privé à intégrer trois hectares de sa propriété dans le réseau Frene (Forêts Rhônalpines en Évolution Naturelle).

Retour au sommaire

Zoom sur...

ASF

Le programme ASF de requalification du réseau existant en faveur de la biodiversité

Vinci Autoroutes-réseau ASF applique des programmes de requalification de son réseau autoroutier existant en faveur de la biodiversité afin d’étudier les besoins, de réaliser des aménagements et de les suivre.
Ces programmes s’inscrivent dans les lignes directrices de la mise en œuvre de la Trame Verte et Bleue et peuvent matérialiser concrètement certaines actions des Schémas Régionaux de Cohérence Ecologique (SRCE).

Après une phase méthodologique d’analyse spatiale en 2008, un 1er programme a été appliqué sur cinq départements pilotes (Drôme, Hérault, Hautes-Pyrénées, Gironde et Charente-Maritime) dès 2009.
Ce programme mené avec des bureaux d’études en écologie et des associations de protection de la nature (associations naturalistes, fédérations de chasse, de pêche,…) bénéficie également de l’appui d’un Comité Scientifique et Technique dédié. Les expertises de terrains croisées entre acteurs ont permis de hiérarchiser des projets, pour certains expérimentaux. Fin 2012, 25 aménagements ont été réalisés (13 éco-ducs, 2 éco-ponts, 1 passe à poissons, 4 encorbellements, 4 conversions expérimentales en passages mixtes et 1 restauration d’une zone humide) et font l’objet de protocoles de suivi pour bénéficier du retour d’expérience indispensable.
Les premiers résultats de ces suivis écologiques post-aménagement sont encourageants sur un grand nombre de réalisations avec une quantité très importante de données tranchant parfois avec la bibliographie (ex. la diversité spécifique observée dans les éco-ducs apparait nettement supérieure). Ces premiers suivis mettent en évidence l’importance des temps de suivi longs et du choix des protocoles pour traduire divers phénomènes. Les suivis posent également de nouvelles interrogations et ouvrent des pistes d’études. Du point de vue opérationnel, ils permettent dès à présent d’optimiser la conception des futures réalisations.

En 2012 a débuté le 2ème programme ASF de requalification appliqué progressivement sur 10 nouveaux départements pilotes (Puy-de-Dôme, Loire, Pyrénées-Atlantiques, Vendée, Aude, Bouches du Rhône, Maine et Loire, Sarthe, Lot-et-Garonne et Corrèze). A l’issue des études en cours, des actions concrètes pourraient être réalisées d’ici à fin 2016.

En matière de continuité, les possibilités d’intervention sont conditionnées par la faisabilité technique et très largement par les effets cumulés liés à la juxtaposition fréquente d’obstacles. Ce constat explique la difficulté et l’intérêt du travail pluri-acteurs. Les projets synergiques et les réflexions menés entre aménageurs/gestionnaires impliqués ouvrent des perspectives intéressantes.

La requalification en faveur de la biodiversité d’autoroutes existantes apparait comme une composante nécessaire de la politique de modernisation des infrastructures.

  

    

De gauche à droite et de haut en bas : loutre (©LPO/ASF) et chevreuil (©LPO/ASF) dans des éco-ducs, chiroptère (©NMP/ASF) dans un éco-duc, genette (©Cistude/ASF) sur un encorbellement.


Faons sur un éco-pont © FDC 26/ASF


Contacts
 
Cédric HEURTEBISE
Chargé de mission Biodiversité
ASF

 

Lire la suite
Retour au sommaire

Agenda

du30 septembre
jusqu'au1 octobre
Nantes

Colloque "Quand gestion hydraulique rime avec continuité écologique dans les zones humides littorales"

L'objectif de ce colloque est de mobiliser et fédérer l'ensemble des acteurs concernés par la restauration de la continuité écologique sur les zones humides en aval des cours d'eau. Les marais, les lagunes, passages obligés des grands poissons migrateurs, sont également des réservoirs de biodiversité où l'Homme pratique ses activités depuis des milliers d'années.

le1 octobre
Caudebec-en-Caux

Colloque "Concilier restauration écologique et développement économique, une utopie?"

Eviter - Réduire - Compenser sur l’estuaire et la vallée de la Seine                                       

le1 octobre
Mazé

Journée technique du PNR Loire-Anjou-Touraine

Cette journée sera l'occasion de s'interroger sur la notion de "biodiversité ordinaire", de connaître les acteurs oeuvrant sur les continuités écologiques, de présenter la Trame verte et bleue du PNR de Loire-Anjou-Touraine et de découvrir des actions menées sur les territoires.

A noter que les journées techniques du PNR ciblent en priorité les élus et personnels techniques des collectivités territoriales, mais sont également ouvertes aux acteurs de l’aménagement, aux ambassadeurs du Parc et autres partenaires ...

du9 octobre
jusqu'au12 octobre
Saint-Martin-Vésubie

Symposium Loup

Quatre journées durant, cette manifestation fait le pari de constituer de véritables États Généraux du loup, réunissant toutes les parties préoccupées par la question, acteurs, administrateurs et scientifiques. Parmi les animaux sauvages, le loup suscite en Europe des passions depuis l’Antiquité. Considéré des siècles durant comme un ennemi public, il est passé depuis quelques décennies dans la catégorie des animaux protégés.

du10 octobre
jusqu'au12 octobre
Brioude

Colloque international "Des saumons et des hommes 2"

Ce nouveau colloque international organisé par SOS Loire Vivante, intitulé provisoirement « des Saumons et des Hommes II : 20 ans après, bilans et nouvelles stratégies », s'articule autour de deux jours de débats en plénière et en ateliers suivis le 13 octobre d’une journée de visites et d’accompagnements sur le terrain à la découverte du Haut Allier.

le11 octobre

Rencontre en Pays de la Loire : Terminologie et cartographie de la TVB

Alors que de nombreux territoires entrent en réflexion ou élaborent leur Trame verte et bleue, le réseau régional des CPIE, en partenariat avec la DREAL et le Conseil Régional des Pays de la Loire, souhaite aider les collectivités, par la capitalisation des expériences acquises au sein des territoires ligériens, à s’outiller pour conduire au mieux leur démarche de Trame verte et bleue.

Visant à répondre aux questions prégnantes des territoires, cette deuxième journée, sur les trois programmées en 2013, propose d'évoquer la terminologie et la cartographie de la TVB.

du15 octobre
jusqu'au17 octobre
Namur

Colloque Walphy "Restauration hydromorphologique des cours d'eau"

Le projet WALPHY, co-financé par l'Union Européenne dans le cadre du programme LIFE + Environnement, a pour but la mise au point d’une démarche structurée pour atteindre le bon état écologique requis par la DCE pour l’amélioration de la qualité hydromorphologique de masses d’eau à risque du bassin Meuse amont.

le18 octobre
Tincques

Voyage en territoire de projets "Boisements multifonctionnels"

Dans le cadre de ses journées « voyages en territoire de projets », Espaces naturels régionaux organise une journée dédiée à la multifonctionnalité des boisements, en prenant appui sur l’expérience de l’Artois.

le24 octobre
Lempdes

Journée régionale d'échange "EEDD et Trame verte et bleue"

Aujourd'hui, les politiques territoriales en matière d'aménagement du territoire doivent intégrer le concept de Trame verte et bleue. Cette journée régionale d'échanges (Auvergne) est l'occasion de focaliser sur le volet éducatif qui peut être associé aux différentes actions développées dans le cadre de la mise en oeuvre de trames écologiques pour différents publics.

le20 décembre
Gavray

Rencontres chercheurs "La restauration écologique des cours d'eau"

La restauration écologique des cours d'eau reste un enjeu majeur pour la Basse Normandie pour le maintien ou l’atteinte du bon état au titre de la DCE. Dans la perspective d’aide à la décision pour les maîtres d’ouvrage, deux axes de travail semblent rester à développer pour évaluer l’efficacité des projets de restauration écologique et améliorer leur perception par les usagers.

du19 novembre
jusqu'au21 novembre
Montpellier

Formation - Mise en oeuvre de la TVB à l'échelle d'une collectivité

Cette session visera notamment à appréhender les méthodes et outils permettant la prise en compte de la TVB au sein des documents d'urbanisme. Elle abordera les concepts scientifiques relatifs aux continuités écologiques, le cadrage national, les méthodes d'intégration de la TVB dans les documents de planification, les outils contractuels, etc. et s'appuiera sur des retours d'expérience de collectivité. 

Retour au sommaire

A consulter

Les outils de nature contractuelle mobilisables pour la Trame verte et bleue

Les démarches Trame verte et bleue se multiplient sur les territoires. Après l’identification des continuités écologiques à leur échelle, beaucoup de ces territoires s’interrogent sur la mise en œuvre opérationnelle de la TVB et sur les outils à mobiliser dans ce cadre.
Les lois Grenelle ne prévoyaient pas la création de nouveaux outils mais recommandaient de s’appuyer sur les outils, notamment contractuels, existants. Cependant, pour les mobiliser encore faut-il bien les connaître.
C'est pourquoi la Fédération des Parcs narturels régionaux et la Fédération des Conservatoires d'espaces naturels, avec le soutien du Ministère en charge de l'écologie, ont engagé une réflexion dès 2009, pour améliorer la connaissance des outils contractuels existants et de leur intérêt pour la TVB.
Le catalogue de fiches-outils et le rapport d'étude associé ont ainsi pour objectifs de proposer une boite à outils illustrée d'exemples et de pointer les clés de réussite de leur mobilisation sur le terrain.
Ils constituent une aide pour les acteurs en charge de la mise en œuvre de la TVB : l’État et les régions à travers l’élaboration du plan d’action stratégique des Schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE), les gestionnaires d’espaces, les collectivités territoriales et autres établissement publics qui devront mobiliser ces outils.

Retrouvez à travers le recueil de fiches, ici présenté, 25 outils mobilisables pour mettre en oeuvre la Trame verte et bleue de façon contractuelle (MAEt, bail rural à clauses environnementale, contrat et charte Natura 2000, etc.) détaillés et illustrés par des exemples concrets de mise en oeuvre.

Repères : De la trame verte et bleue... à sa traduction dans les Schémas de COhérence Territoriale et Plans Locaux d'Urbanisme

Au 1er janvier 2016, tous les documents d’urbanisme devront être conformes à ces nouvelles dispositions. La question de l’élaboration de la trame verte et bleue puis de son intégration au projet de territoire se pose donc à toutes les collectivités ainsi qu’aux services de l’Etat qui les accompagnent dans leur démarche.
Pour les guider, la Dreal Lorraine, avec l’appui du CETE de l’Est et en collaboration avec les DDT de Lorraine, a souhaité créer un support synthétisant les informations essentielles pour assurer la prise en compte de la trame verte et bleue dans les documents d’urbanisme.
Ce document reprend les enjeux de la trame verte et bleue en Lorraine, rappelle les multiples fonctions de ce dispositif, fournit quelques éléments méthodologiques et décrit comment la traduire dans les Scot et les PLU. Il constitue un guide à destination des collectivités, des bureaux d’études, des services de l’Etat, pour faciliter la prise en compte de la trame verte et bleue dans les documents de planification.

Des réseaux écologiques pour préserver la biodiversité

Le Parc naturel régional du Livradois-Forez a édité un cahier technique, document de référence sur les réseaux écologiques.

Le Parc a donc réalisé un important travail d’identification des réseaux écologiques de son territoire avec une cartographie et une caractérisation pour les milieux forestiers, les milieux ouverts, et les milieux aquatiques et humides. Puis, il a défini une stratégies de préservation et d’intervention en faveur de ceux-ci que vous trouverez dans ce cahier de référence.

KIT Trame Verte et Bleue

Pour accompagner les territoires dans l’appropriation de la Trame verte et bleue, le Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine a édité un « Kit Trame Verte et Bleue » destiné aux collectivités. Cet outil comprend une notice méthodologique détaillant la démarche du Parc ayant aboutie à l’élaboration de la TVB : les acteurs mobilisés, les outils et méthodes utilisés et l’articulation avec les documents d’urbanisme. En complément, des « fiches TVB illustrées » détaillent, par unité paysagère, le schéma des continuités écologiques et associent, par sous-trame, les acteurs locaux pouvant porter des projets de reconquête de la biodiversité locale. Cette approche permet de faire le lien entre la diversité des paysages présents sur le territoire du Parc (ligériens, forestiers, agricoles, viticoles…) et les enjeux de Trame verte et bleue. Ce « Kit TVB » est avant tout un porter à connaissance pédagogique et précède une série d’ateliers afin de répondre aux attentes des territoires et d’identifier des projets moteurs.

Téléchargez le KIT

Protection des milieux aquatiques, sauvegarde de la truite fario et continuité écologique

LTV Limousin a réalisé en collaboration avec la DREAL Limousin un film présentant deux aspects importants de la dégradation des milieux aquatiques constatée sur de nombreux cours d’eau de tête de bassin de notre région.

D'une part, la présence, sur l’ensemble du linéaire, d’ouvrages transversaux divers (seuils, étangs, buses...) peut perturber l’équilibre des populations piscicoles, notamment d’espèces migratrices comme la truite fario qui est emblématique des cours d’eau limousins.

D'autre part, l’ensablement important, constaté dans de nombreuses rivières du Limousin, est une autre cause de dégradation des cours d’eau limousins. En effet diverses pratiques liées à la gestion forestière, à l’aménagement rural ou à la gestion des plans d’eau sont responsables de cette dégradation physique des cours d’eau. Les conséquences en sont le colmatage de frayères de truite et des zones d’alimentation de nombreux poissons qui altère significativement la vie piscicole.

Regardez la vidéo

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

Des sauterelles au micro des chercheurs (Vigie-Nature)

Foi de sauterelles, tous les talus des voies ferrées ne se valent pas en Île-de-France !

Plus la ville se resserre autour des voies, moins les sauterelles semblent s’y plaire. Si bien que Christian Kerbiriou, chercheur au Muséum national d’Histoire naturelle dans le Département Ecologie et gestion de la biodiversité au sein de Vigie-Nature est persuadé que les enregistrements de ces orthoptères – c'est l'ordre auquel appartiennent les sauterelles au sein des insectes - permettront à l'avenir d'estimer la qualité des « corridors » écologiques au sein des villes.

Lire la suite de l'article