Edito

Quel rôle des continuités écologiques en régime de changement climatique ?

Vincent Devictor

Le climat change. Mais où ? Dans quelle direction, et avec quelle intensité ? Après la reconnaissance d’un réchauffement climatique global qui se répercute en France (dont les températures moyennes ont progressé de 1°C environ en 20 ans), voici venu le temps de préciser les conséquences des variations climatiques dans le temps et dans l’espace. Pour cela il faut être capable de cartographier l’ampleur et la direction du déplacement des températures et des espèces. La question des continuités écologiques prend alors tout son sens car l’on peut enfin mesurer leur rôle concret pour tamponner les effets des variations du climat et de la dégradation de l’environnement. Comment peut-on s’y prendre ?

L’analyse minutieuse de données récoltées de manière standardisée sur notre territoire permet d’y voir plus clair. Le Suivi Temporel des Oiseaux Communs animé par le Muséum National d’Histoire Naturelle permet de suivre la variation de l’abondance de plus de 200 espèces d’oiseaux sur près de 1000 sites depuis 15 ans dans toute la France. Avec une telle information, des analyses statistiques ont pu confirmer que la composition des communautés d’oiseaux est de plus en plus de type méridionale : nos communautés d’oiseaux s’enrichissent en individus qui préfèrent les températures chaudes. Mais nos recherches récentes vont plus loin : ce changement de composition permet de calculer une vitesse et un sens de déplacement. Nous avons aussi pu évaluer si ce déplacement local était influencé par l’environnement. Les résultats sont encourageants : la qualité du paysage, son niveau de protection et sa diversité permettent de favoriser le déplacement local des communautés d’oiseaux soumises aux variations locales des conditions climatiques.

Chargé de recherche CNRS
Équipe Evolution et Ecologie des Communautés
Institut des sciences de l'évolution de Montpellier - ISEM

Les continuités écologiques ont bel et bien un rôle clé à jouer dans un monde qui bouge. L’intégrité des habitats doit être pensée à large échelle pour permettre aux individus de suivre le déplacement des températures et trouver dans les zones protégées autant de refuges et de haltes de dispersion. Ces recherches révèlent aussi l’importance de la mise à disposition de données de haute résolution sur l’état et la dynamique des paysages au niveau national. C’est à partir de ces données qu’une évaluation de l’efficacité des continuités écologiques peut être envisagée et que des propositions de conservation et de restauration pourront être formulées.

Lire la suite
Retour au sommaire

Vie du groupe d'échange national

Créé en 2005, le groupe Trame verte et bleue est un lieu d’échanges entre «experts» et «praticiens» des corridors écologiques et des trames vertes et bleues. Le groupe comprend des PNR et des partenaires de plus en plus nombreux (établissements publics, collectivités territoriales, associations, laboratoires de recherche,…), pour un total d’une centaine de membres.

Retour sur la journée d'échange du le25 novembre

Paysage & Trame verte et bleue - Deux politiques au service d'un même bien commun ?

Organisée par le Ministère en charge de l'écologie et la Fédération des Parcs naturels régionaux dans le cadre du Centre de ressources Trame verte et bleue et des journées des paysages, cette journée avait pour objectif de montrer la plus-value du paysage pour la TVB et vice-versa. Au travers de plusieurs témoignages, elle s'est intéressée à la conciliation d'objectifs de qualité paysagère et d'enjeux de fonctionnalité écologique dans les projets de territoire comme dans les projets opérationnels.
Cette journée, riche en échanges a permis d'expliciter le lien entre la politique des paysages et celle de la Trame verte et bleue.

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

Paysage dunaire
Communauté urbaine de Dunkerque

Le nouveau Plan Air Climat Énergie Territorial de la Communauté urbaine de Dunkerque

La Communauté urbaine de Dunkerque (CUD) renouvelle son engagement en matière de lutte et d’adaptation au changement climatique avec son nouveau Plan Air Climat Énergie Territorial (PACET) 2015‐2021. Son objectif : diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2050, en s’appuyant sur des actions concrètes portées par divers acteurs du territoire (entreprises, bailleurs sociaux, communes, organismes publics, associations, etc.).

En amont du PACET, la CUD a mené une réflexion intégrée sur la multifonctionnalité de ses espaces "verts", de leur place vis-à-vis des enjeux énergétiques et climatiques et de leur potentielle évolution face au changement climatique. Soit, comment atténuer leurs émissions de GES et quelles sont les anticipations possibles pour une meilleure adaptation de ces espaces "verts" face au changement climatique ?
Le programme d’actions, défini dans le PACET, laisse donc une place importante à la préservation des espaces « verts » : naturels (zones humides), agricoles (développer de nouveaux modes de production et d’alimentation), à la nature en ville (renforcement du végétal, limitation des intrants, etc.) mais aussi à la biodiversité remarquable et ordinaire (améliorer la connaissance) qui, ensemble, participent à la préservation de la Trame verte et bleue du territoire. Par ailleurs, au delà de l’atténuation des émissions de GES, il est nécessaire d’anticiper les effets du changement climatique sur la biodiversité. Pour ce faire, le PACET propose, entre autre, de développer la connaissance et mettre en place des dispositifs de suivi pour mieux comprendre les impacts du changement climatique. Les principaux outils utilisés par la CUD pour atteindre ces objectifs seront l’amélioration de la connaissance, la sensibilisation et l’accompagnement des différents acteurs du territoire.

Ainsi, une mise en œuvre adéquate de la politique de la Trame verte est bleue sur le territoire pourrait favoriser l’atténuation des émissions de GES tout en permettant une meilleure adaptation du territoire aux effets du changement climatique (notamment en facilitant le déplacement des espèces, en améliorant la résilience aux inondations, etc.).

Contacts : Communauté urbaine de Dunkerque
Jimmy Mary, chargé de mission Plan climat territorial
Fabrice Truant, chef du service Gestion et développement des espaces naturels


 

Retour au sommaire

Actualités Internationales

Appel à projet - Programme 2016-2017 de la Commission Européenne

La Commission Européenne investit, pour la recherche et l'innovation à horizon 2020. Parmi les thématiques abordées, l'une porte sur l'action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières. Au sein de ce programme, sont plus particulièrement concernés les projets qui portent sur des solutions basées sur la nature pour une meilleure résilience des territoires, ceux sur les services climatiques, l'eau, etc.

Consulter les appels à projet en cours et  le Programme 2016-2017

Des corridors biologiques dans les écoles

Le Canton de Genève et ses partenaires régionaux ont récemment développé un programme pédagodique complet, dans le cadre du contrat corridor Champagne-Genevois, à destination des enseignants de 7P et/ou de CM2. Traiter en classe, ce thème permet d'aborder les sciences naturelles, la géographie, les mathématiques, le civisme et le français. Ainsi, le programme développé contient :

Une passe à poissons sur la Strange

Sur la Strange, en Belgique, une chute de près d’1m40 s’était formée, créant une barrière infranchissable pour les poissons. D’importants travaux ont donc été réalisés, pour transformer la chute en une douzaine de petites cascades : soit plus de 600 tonnes d’enrochements nécessaires à la construction de la rampe (longueur : 25m ; pente : 5%). Ces travaux ont été cofinancés par l'Union Européenne, la Wallonie et le Parc naturel Haute-Sûre Forêt d'Anlier. Avec cet ouvrage, plus de 45 km de cours d’eau ont été rouverts aux migrations piscicoles.

Retour au sommaire

Actualités nationales

Conférence Paris Climat 2015

La France va accueillir et présider la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations-unies sur les changements climatiques (COP21/CMP11), du 30 novembre au 11 décembre prochain. Cette échéance est cruciale : elle doit aboutir à l’adoption d’un premier accord universel et contraignant sur le climat pour maintenir la température globale en deçà de 2°C. La France aura à jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus des Nations unies.
La France disposera d’un espace d’exposition permanente destiné à exposer la vitrine des savoir-faire français, en zone bleue des négociations. Un îlot sur « Climat et biodiversité » est prévu dans le cadre duquel seront présentées les réponses innovantes aux enjeux communs de biodiversité et d’adaptation au changement climatique. Le déploiement de la Trame verte et bleue sera notamment mis en avant.
Pour plus d'informations sur la COP21, consultez le site dédié à la conférence et celui du ministère en charge de l'écologie.

Appel à communications - Conférence IENE "infrastructures de transport et écologie

L'appel à communications pour la conférence IENE 2016 est ouvert. Ce réseau offre une plateforme indépendante, internationale et inter-disciplinaire d’échanges et de développement d’expertise pour promouvoir un réseau d’infrastructures de transport pan-européen sûr et écologiquement soutenable. Scientifiques, étudiants, praticiens, aménageurs, décideurs et industriels sont les bienvenus ! Vous pouvez désormais déposer vos propositions de communications orales, posters, sessions, ateliers ou contribuer en tant que sponsors ou exposants à cet évènement. Toutes les soumissions doivent être rédigées en anglais avant le 6 janvier 2016.

Retour au sommaire

Actualités régionales

France métropolitaine

État d'avancement des SRCE

Le déploiement de la TVB s’accélère avec l’adoption de 5 nouveaux SRCE pour les régions Pays de la Loire, Bretagne, Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon et Lorraine. Par ailleurs, en octobre et novembre dernier, 4 autres ont été approuvés par délibération des Conseils régionaux de Franche-Comté, Aquitaine, Champagne-Ardenne et Limousin. Leur adoption portera à 20, le nombre de SRCE actifs d'ici fin 2015.
Ces schémas témoignent d'une mobilisation forte des acteurs locaux. Ils vont permettre aux régions de franchir un nouveau pas en agissant désormais sur les espaces de biodiversité ordinaire mais aussi en favorisant une approche transversale des questions de biodiversité. Des dispositifs spécifiques sont prévus ou déjà mis en oeuvre pour accompagner les acteurs locaux dans la phase opérationnelle : guides pour décliner les SRCE dans les documents d’urbanisme, formations pour les élus, soutien aux projets innovants, développement d’outils spécifiques (cartographie…) etc.  En Corse et dans les DOM, la prise en compte des enjeux TVB progresse également. Le PADDUC a reçu un avis favorable de la commission d’enquête publique. Le projet de SAR de Guyane devrait être adopté début 2016. Les SAR de Martinique et Mayotte sont respectivement en cours de révision et d’élaboration pour intégrer les enjeux TVB. Retrouvez l'actualité des démarches Trame verte et bleue sur le site du Centre de Ressources.

Pays de la Loire

Le SRCE Pays de la Loire adopté le 30 octobre 2015

Le SRCE Pays de la Loire a été adopté par arrêté du préfet de région le 30 octobre 2015, après son approbation par le Conseil régional par délibération en séance du 16 octobre 2015. Son plan d’actions stratégique préconise un certain nombre d’actions, qui reposent largement sur l’initiative des différents acteurs du territoire. L’élaboration d’une démarche partagée des collectivités, bureaux d’études et partenaires socio-professionnels pour la prise en compte du SRCE dans les documents d’urbanisme est une des priorités de ce plan, et sa mise en œuvre a déjà démarré. Un dispositif de suivi permettra d'évaluer régulièrement, au moyen d'indicateurs, les résultats obtenus, notamment sur la préservation et la remise en état des continuités écologiques, mais aussi sur l'engagement des différents acteurs dans la démarche. Il est consultable sur le site de la DREAL.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Bretagne

Le SRCE Bretagne adopté le 2 novembre 2015

Le SRCE de la région Bretagne a été adopté le 2 novembre 2015 par arrêté du préfet de la région Bretagne, après approbation par le Conseil régional les 15 et 16 octobre 2015. Désormais, c'est la mise en œuvre du SRCE et de ses 72 actions qui doit être enclenchée, en s'appuyant sur une animation régionale autour de l'Etat et de la Région, et surtout sur les initiatives des acteurs et des territoires. Un appel à manifestation d'intérêt puis un appel à projets régional seront prochainement lancés, en faveur de plans d'actions territoriaux pour la préservation et la restauration des continuités écologiques, promus par le SRCE. Un site dédié au SRCE et à la TVB en Bretagne a été mis en place par la DREAL et la Région Bretagne.

Poitou-Charentes

Le SRCE Poitou-Charentes adopté le 3 novembre 2015

Le SRCE Poitou-Charentes a été adopté par arrêté de la préfète de région le 3 novembre 2015 après avoir été approuvé à l’unanimité par les élus du Conseil régional réunis en session le 16 octobre 2015. Le projet de SRCE, travail partenarial lancé en 2011, a fait l'objet d'un avis favorable et à l’unanimité de la Commission d’enquête publique, le 23 juillet 2015, et du CESER, le 8 octobre 2015. Les différentes informations concernant le SRCE en Poitou-Charentes (cartographie, actualités, etc.) sont disponibles sur le site Internet de "La Trame verte et bleue en Poitou-Charentes". L'Etat et la Région ont d'ores et déjà lancé plusieurs actions en direction des acteurs des territoires de Poitou-Charentes pour favoriser la déclinaison locale de la TVB.

Languedoc-Roussillon

Le SRCE Languedoc-Roussillon adopté le 20 novembre 2015

Le SRCE Languedoc Roussillon a été adopté le 20 novembre 2015 par arrêté du préfet de région, après approbation par le Conseil régional le 23 octobre 2015. Il s'agit du 15ème SRCE adopté en France. Plusieurs actions phares sont prévues dans le cadre du SRCE : la mise en œuvre du protocole ERC adossé au SRCE, la mise à disposition des aménageurs d'un outil cartographique en 3 D à l'échelle du 1/25 000ème. Un film sur la TVB a été également produit. Plus d'informations sur le site de la DREAL.

Lorraine

Le SRCE Lorraine adopté le 20 novembre 2015

Le Schéma régional de cohérence écologique de Lorraine a été adopté le 20 novembre 2015 par arrêté préfectoral. Il avait été préalablement approuvé par le Conseil régional lors de la séance plénière des 5 et 6 novembre dernier. Une des originalités du SRCE est son identification de "zones de forte perméabilité", qui permettent de caractériser et de responsabiliser l’ensemble des territoires locaux vis-à-vis de la biodiversité régionale. La phase de mise en œuvre du SRCE nécessite la poursuite du partenariat entre l’Etat et la Région qui ont copiloté son élaboration. Les différents partenaires seront mobilisés dans le cadre d’un travail collaboratif qui portera en 2016, notamment sur l’élaboration d’un guide d’aide à la prise en compte du SRCE à destination des collectivités. Différentes actions de communication et de sensibilisation seront également engagées. La Région lancera également, en 2016, un appel à manifestation d’intérêt pour engager des programmes d’actions de déclinaison locale de la Trame verte et bleue et de restauration des continuités écologiques. Plus d'informations sur le site de la DREAL.

Retour au sommaire

Actualités locales

1er contrat de restauration biodiversité du PNR des Causses du Quercy

Le 1er contrat de restauration de la biodiversité en Midi-Pyrénées va être mis en oeuvre sur le territoire du Parc naturel régional (PNR) des Causses du Quercy, pour la période 2015-2016. Son objectif est d'accompagner les acteurs du territoire dans la restauration de la TVB et des paysages. Couvrant l'ensemble du territoire du PNR, il prévoit la réalisation d'aménagements pour faciliter la circulation des espèces dans les milieux naturels. Des mesures d'accompagnement et de sensibilisation seront aussi mises en place. Sur la période du 1er contrat : 7 opérations de restauration de continuité (30 sites restaurés), 6 actions de sensibilisation au maintien des continuités écologiques et 3 400 hectares de contrats MAEC sont prévues. Le montant total des travaux est estimé à 1042220€ (FEDER, FEADER, région Midi-Pyrénées, département du Lot et Agence de l'eau Adour-Garonne). Outre le Parc, plusieurs partenaires sont aussi associés : IPAMAC, Nature Midi-Pyrénées, LPO Lot, Adasea d’Oc.

Réseau Natura 2000 du Lot
PNR des Causses du Quercy

Contrat vert et bleu en Pays Bièvre-Valloire

Le contrat vert et bleu constitue l’outil opérationnel du SRCE Rhône-Alpes pour la mise en œuvre d’actions concrètes dans les territoires. Le Pays Bièvre-Valloire (70 communes) est identifié au niveau régional comme territoire prioritaire pour soutenir et renforcer les démarches opérationnelles en lien avec la Trame verte et bleue. L’objectif de ces contrats est de renforcer ou de faire émerger des territoires de projets en fonction de trois priorités: identifier des territoires de vigilance vis-à-vis du maintien ; soutenir et renforcer les démarches opérationnelles existantes et en faire émerger des nouvelles.
Le budget global sur cinq ans est estimé à plus de 7,8 millions d’€, financés par la Région Rhône-Alpes, le département de l’Isère, l’Agence de l’eau, l'Europe (FEDER, FEADER), le Syndicat mixte du pays Bièvre-Valloire et les différents maîtres d’ouvrages.

Le contrat (2015-2020) pour la restauration du lit de la Loire et ses Annexes engagé

Les bras secondaires et les boires (bras connectées au fleuve quelques mois par an) de la Loire sont des zones humides uniques pour la faune piscicole (anguille européenne). Actuellement, le lit principal subit une érosion et est déconnecté de ces zones humides qui ont donc perdu une part de leur rôle. Le Contrat prévoit une reconquête du lit avec des actions de restauration (coût de 7,34 M€) et un suivi des populations d'anguilles (Logrami), indicateurs de l'efficacité de la restauration et de l’amélioration de la continuité écologique. Ce programme est mis en oeuvre par l’Etat, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, la Région Pays de la Loire, VNF, les maîtres d’ouvrage et deux structures co-animatrices : le GIP Loire-estuaire et le CEN des Pays de la Loire.

Strasbourg : La Trame verte et bleue (TVB) aide à repenser l'urbanisme

L'Eurométropole de Strasbourg consacre un volet de son PLUi à la Trame verte et bleue (TVB), via une orientation d'aménagement et de programmation (OAP) thématique qui renforce la place de la TVB dans le projet de territoire, en étant une de ses composantes structurantes. Elle offre un volet d’urbanisme durable visant une amélioration qualitative des projets d’aménagement et apporte une réponse complémentaire au règlement graphique et au règlement écrit. Le choix de principes non normatifs pour mettre en œuvre la TVB permet de s’adapter à la diversité des contextes et des projets sur le territoire. Pour répondre de façon globale aux orientations du PADD, l’OAP propose deux cartographies : une carte d’intention schématique permet d’aborder les grands principes des continuités écologiques du territoire; l'autre plus complète permet une localisation précise des éléments constitutifs de la TVB de l’Eurométropole de Strasbourg. Pour plus d'informations, consulter les résultats des travaux du groupe de travail PLUi & TVB (Club PLUi).

2 appels à projets pour végétaliser Paris et développer l'agriculture urbaine

Paris lancera le 25 novembre deux appels à projets sur la végétalisation des toits et façades et sur le développement de l'agriculture urbaine. Les objectifs sont ambitieux : création, d'ici à 2020, de 30 ha d'espaces verts au sol et de 100 ha de toitures ou de façades végétalisées, dont le tiers consacré à l'agriculture urbaine. "Il ne s'agit plus désormais d'expérimentation mais bien de stimuler et de mettre en avant la capacité des propriétaires publics et privés à introduire de différentes façon le vert dans la ville. C'est un changement de culture important...", persuade P. Komitès, adjointe aux Espaces verts. Le Plan 1000 immeubles et l'article 13 du futur PLU de la capitale incite également à la végétalisation des bâtiments. Paris aussi mise sur le potentiel économique de ces projets, à l'image de ceux déjà existants : ERDF sur un toit-terrasse de la rue d'Aboukirou celui des Galeries Lafayette.

Retour au sommaire

Zoom sur...

Argiope frelon (Argiope bruennichi)
Romain Sordello

Changement climatique & Trame verte et bleue

Face aux variations du climat, la faune et la flore réagissent notamment par une réorganisation de leurs aires de répartition. Dans ce processus, compte tenu de la rapidité du changement climatique (CC) actuel, les espèces spécialistes et à faibles capacités de mobilité sont pénalisées : leur adaptation spatiale est insuffisante, voire sera impossible, et cela d'autant plus si les milieux naturels sont fragmentés. Dans ce contexte, la Trame verte et bleue (TVB) apparait alors comme une solution pour aider la biodiversité à s'adapter, les corridors offrant des possibilités de déplacements et les réservoirs de biodiversité constituant des zones refuges/tampons. En assurant un fonctionnement écologique à différentes échelles de territoires, la TVB est aussi un levier pour optimiser globalement la résistance et la résilience de la biodiversité, en particulier vis-à-vis des évènements climatiques extrêmes.


Changement climatique et trame verte et bleue par mnhn

Plus d'informations sur TVB & CC :
Une synthèse des connaissances : Rapport complet et Plaquette
Capitalisation méthodologique sur les SRCE adoptés ou en projet
La recherche sur le changement climatique au Muséum

Contact : Romain Sordello
Chef de projet Trame verte et bleue
MNHN

Retour au sommaire

Agenda

le8 décembre
Aix les Milles (13)

Journée "Mise en oeuvre du SRCE PACA dans les documents d'urbanisme"

Cette journée aura vocation à présenter la TVB et le SRCE PACA pour faciliter la prise en main du guide méthodologique "SRCE, Comment l'intégrer dans mon document d'urbanisme ?" réalisé par la DREAL et le Conseil Régional.

le14 décembre
Lille (59)

Journée technique "Concilier protection de la nature et projets d'aménagements"

Cette journée technique a pour objectif de faire le point sur les nouveaux outils de connaissance du patrimoine naturel du Nord Pas-de-Calais et de Picardie, en particulier les bases de données faune et flore régionales. Il s'agit également de présenter certains outils méthodologiques mis à disposition par les services de l’État à toute personne ayant un projet d'aménagement.

du19 janvier
jusqu'au20 janvier
Bordeaux (33)

Journées Ateliers du réseau national REVER "Rever et connecter"

Ces journées s’adressent à l’ensemble des acteurs impliqués dans la restauration écologique et l’écologie de la restauration. Le thème pour 2016 est "REVER & CONNECTER" : soit connecter les différentes expériences et (re)construire des milieux connectés par des liens physiques et fonctionnels, afin de construire les réseaux écologiques de demain.

du2 février
jusqu'au3 février
Paris (75)

Colloque "La Trame verte dans les espaces ruraux"

Ce colloque présentera les résultats des projets de recherche du programme « Action publique, Agriculture et Biodiversité » (DIVA) du Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie sur :

Retour au sommaire

A consulter

De courtes vidéos sur le climat et la biodiversité

Dans le cadre de la COP 21, des membres du conseil scientifique du patrimoine naturel et de la biodiversité (CSPNB) ont été interviewés sur les relations biodiversité et changement climatique.  Ces mini-vidéos sont désormais disponibles sur la chaine France Écologie Énergie. Parmi les vidéos :

Solutions basées sur la nature pour lutter contre le changement climatique

Les solutions fondées sur la nature s’appuient sur les écosystèmes afin de relever les défis globaux. Elles concernent trois types d’actions sur les écosystèmes : les préserver intacts et en bon état écologique, améliorer leur gestion durable et restaurer/créer des écosystèmes. A l’occasion de la COP21, l’UICN France souhaite promouvoir le rôle souvent méconnu ou sous-estimé des écosystèmes dans la lutte contre le changement climatique avec des projets existants : protection de forêts en libre évolution (Rhône-Alpes), création de grandes aires marines protégées (Polynésie française), restauration de milieux humides urbains (Seine-Saint-Denis), gestion intégrée de la zone côtière (Nouvelle-Calédonie et métropole), création d’îlots de fraicheur (Orléans), développement de mosaïques paysagères gérées par le pâturage (PNR des Alpilles), etc.

La biodiversité face au changement climatique

Nous parlons beaucoup de climat, un peu moins de biodiversité. Pourtant l’un et l’autre sont liés. Construire l’avenir, c’est penser ensemble les questions de climat et de biodiversité. Dans le cadre de la Conférence pour le climat, l'association Humanité et Biodiversité a réalisé un ensemble de productions dont un article sur "Climat et biodiversité, comment construire des stratégies sans regrets" qui propose six principes d'actions pour la mise en oeuvre de stratégies fondées sur la nature et favorable à la biodiversité pour s'adapter ou atténuer le changement climatique. Un dépliant, "Climat et Biodiversité des enjeux liés", en huit volets pour découvrir les interactions climat et biodiversité et pour comprendre les enjeux a aussi été réalisé.

Trame verte et bleue : son rôle dans l'adaptation au changement climatique

La DREAL Provence-Alpes-Côte-d'Azur, en partenariat avec l'Irstea, a réalisé un poster sur le thème de "Trame verte et bleue : son rôle dans l'adaptation au changement climatique". Ce travail a été présenté lors de l'atelier "Collectivités, Nature en ville et changement climatique" labellisé Cop21, le 3 novembre à Montpellier, dans le cadre de l’opération Capitales françaises de la biodiversité. Il s'adressait aux élus, aux agents des collectivités territoriales et à tous les professionnels de la ville et a été co-organisée par le Cerema et Plantes & cité. Ce poster a aussi été valorisé à la Journée Technique "Entreprises et territoires face aux défis du changement climatique, comment répondre aux enjeux, quels outils et solutions ?" du 26 novembre à Aix-en-Provence.

Climat & Biodiversité - Enjeux et pistes de solutions

Que ce soit pour rappeler combien le climat et la biodiversité sont liés ou pour souligner les importants bouleversements environnementaux et humains actuellement en jeu, le propos de cet ouvrage est éclairé par les témoignages de plusieurs experts. En s’appuyant sur des retours d’expériences concrets (notamment deux en lien avec les continuités écologiques), le document propose certaines pistes d’actions pouvant relever de l'atténuation ou de l'adaptation. Ce document a été réalisé par l'association ORÉE sous la direction scientifique de Michel Trommetter, directeur de recherche à l'INRA.

Corridors d'infrastructures, corridors écologiques ?

Les infrastructures linéaires de transport (ILT) participent à la fragmentation du territoire et peuvent avoir des impacts sur la répartition des espèces. Malgré tout, la présence de dépendances vertes le long des ILT pourrait être favorable à la conservation de la biodiversité. Ce rapport, réalisé dans le cadre d’une collaboration entre le Club des Infrastructures Linéaires et Biodiversité (CIL&B) et le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), tente de caractériser le rôle des dépendances vertes sur la biodiversité, suivant leur mode de gestion et leur niveau de connectivité au réseau d'habitats  avec quelques pistes d'amélioration.

Guide de lecture du SRCE d’Île-de-France

Ce guide de lecture, réalisé par Natureparif, la DRIEE et la région ïle-de-France, a pour objectif d'aider à la compréhension et au bon usage du Schéma Régionale de Cohérence Écologique d'Île-de-France. Il vise un accompagnement des acteurs du territoire via les éléments de cartographie et le plan d’action du SRCE. Enfin, il devrait leur permettre de mieux appréhender l’articulation des différents éléments constitutifs. Une illustration par des exemples d'actions de certains enjeux identifiés a aussi été faite.

TVB Mauges et Choletais - bilan de 3 années d’action avec les agriculteurs

Le programme "Pour une Trame verte et bleue (TVB) comprise et partagée sur les Mauges et le Choletais", en partenariat avec le CPIE, la Mission Bocage et la Chambre d’Agriculture, se termine. Son objectif était de montrer que l’engagement des agriculteurs du territoire sur la biodiversité est possible dans un cadre simple de volontariat et avec leur participation active. Sur les 53 agriculteurs contactés, 41 ont accepté la démarche de diagnostic et 29 sont passés à l’acte dans la phase travaux. Certains travaux (mares...) ne revêtaient pas un intérêt économique direct mais ont tout de même été réalisés. Sachez, qu’ils sont d’un grand intérêt indirect, car au-delà de leur intérêt biologique avéré, ils témoignent de l’engagement possible et de l'intérêt de la profession agricole pour des sujets attendus par d’autres acteurs de la société (paysage, biodiversité...). En attendant qu’une suite à ce programme se précise, les partenaires techniques vous adressent un dernier Echo de trame en guise de bilan.

Vidéos sur les continuités écologiques

Consultez les nouvelles vidéos en lien avec les continuités écologiques :

Synthèse du séminaire "Comment mobiliser l'action publique pour la mise en oeuvre de la Trame verte et bleue ?"

Ce document est une synthèse des interventions et des débats du séminaire « Comment mobiliser les politiques publiques pour la mise en œuvre de la Trame verte et bleue » qui s'est déroulé le 27 mars, à Paris, et est rédigée par Sylvie Vanpeene (Irstea) à partir des enregistrements des interventions et des échanges avec la salle. L’ambition de cette journée, réunissant chercheurs et acteurs, était de partager les points de vue et de faire émerger des questions pour la recherche.
Le numéro 35 des Rencontres de l'Onema fait aussi un focus sur cette journée.

Actes - Rencontres agriculture, urbanisme et SRCE

Plus de 120 personnes ont participé à cette journée organisée par l’ARPE, en partenariat avec la DREAL, la Région, les Chambres d’agriculture et la FRSEA le 29 septembre dernier à Avignon. Cette journée s'est découpée entre des retours d'expériences sur la prise en compte des milieux agricoles dans la mise en œuvre du SRCE et des ateliers sur l'évaluation des outils du code de l’urbanisme, fonciers ou contractuels mobilisables pour mettre en œuvre la TVB sur les espaces agricoles.

Continuité biologique et ouvrages soumis à marée

Dans le cadre du Groupement national d’intérêt scientifique sur les poissons migrateurs amphihalins (Grisam), un atelier s’est tenu à Rochefort, en 2013. Il portait sur les modalités d’évaluation et d’amélioration de la transparence des ouvrages soumis à marée pour l’anguille. Il a permis une synthèse des connaissances et des échanges entre acteurs scientifiques et techniques. Ce document porte sur la diversité des ouvrages, sur la biologie et le comportement des jeunes anguilles, sur les modalités techniques pour améliorer la transparence des ouvrages et sur les recommandations pour établir un diagnostic et choisir la modalité la plus adaptée.

Amélioration de la continuité écologique, l'opération coordonnée du Gave d'Oloron aval et du Saison

Une synthèse de la journée technique du 9 juillet 2015 sur "L'amélioration de la continuité écologique : l'opération coordonnée du Gave d'Oloron aval et du Saison" a été faite par l'Agence de l'eau Adour-Garonne. Son objectif est d'identifier des clés pour réussir une opération coordonnée en faveur de la continuité écologique des cours d'eau. Elle s'appuit sur le retour d'expérience de l’opération coordonnée du gave d’Oloron aval et du Saison, explique pourquoi mener des opérations coordonnées et donne des conseils pour y arriver.

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

Étude des collisions Faune / Véhicule

Après une expérience menée en DIR Est durant 5 ans, le MNHN met en place depuis 2015 des partenariats avec les Directions Interdépartementales des Routes (DIR), afin d'étudier les collisions faune/véhicule. Trois conventions (Centre-Est, Ouest et Nord-Ouest) ont été signées pour cadrer la mise en œuvre d'un protocole permettant la récolte de données de collisions faune/véhicules et leur analyse. Le MNHN souhaite étendre ce protocole à d'autres structures pouvant être intéressées. Dans ce contexte, plusieurs guides ont été produits pour expliquer le dispositif aux structures désireuses d'étudier les points de conflits faune/route. Le premier guide présente le protocole adaptable à différentes structures et le second, la méthode statistique d'analyse des données issues du protocole. Un troisième rapport permet de faire un état des lieux des initiatives d'étude des collisions faune/véhicule en France Métropolitaine. Pour consulter les guides :

L’intégration des changements climatiques dans les processus décisionnels de hiérarchisation des actions visant le maintien de la biodiversité et des continuités écologiques dans le département de l’Hérault

L’adaptation au changement climatique des espèces animales et leurs déplacements posent un certain nombre de questions. Cette étude a pour objectif de proposer des actions de gestion, pour le maintien ou la restauration des continuités écologiques identifiées comme éléments clés dans la réponse des espèces au changement climatique. La priorité se trouve non seulement dans l’identification des transitions écologiques à l’échelle du territoire, mais aussi dans la conservation d’une qualité d’habitats qui permettent la persistance et le déplacement des espèces. Le contexte de cet essai est le département de l’Hérault.