Edito

De l’élaboration à la mise en œuvre des SRCE, de nouveaux défis pour 2016

Geneviève Gaillard

Députée des Deux-Sèvres
Présidente du Comité national Trame verte et bleue

2015 a été une année importante pour la Trame verte et bleue (TVB) puisque la quasi-totalité des régions ont finalisé leur Schéma régional de cohérence écologique (SRCE). La planification française dispose à présent d’une base de connaissance sur les continuités écologiques, unique en Europe ! La France s’est ainsi dotée d’une infrastructure verte qui répond aux enjeux et aux engagements communautaires, mais également à l’adaptation aux effets du changement climatique.
En tant que présidente du Comité national « Trames verte et bleue » (CNTVB), je tiens donc à remercier et vivement féliciter tous les élus de l’ensemble des collectivités, des Comités régionaux « Trames verte et bleue », les équipes des Conseils régionaux, des Directions régionales de l’environnement de l’aménagement et du logement, les associations et les scientifiques qui ont œuvré pour accomplir cette démarche dans un esprit participatif.

Vient maintenant le temps de la mise en œuvre des plans d’action stratégique, étape toute aussi importante. Engager des opérations de restauration des continuités écologiques pour limiter les effets de la fragmentation des territoires est une nécessité. Au niveau national, plusieurs actions ont été entreprises en 2015 et devraient se prolonger cette année dont la démarche « Territoire à énergie positive et croissance verte » et le programme d’investissement d’avenir avec son volet PME Biodiversité. Il faut également souligner les partenariats État-Région, grâce notamment aux financements contractualisés dans le cadre des CPER et aux fonds européens, qui devraient aussi monter en puissance. Après la réforme des territoires de 2015, les Régions deviennent des acteurs majeurs de la biodiversité. Les réflexions en cours sur l’intégration du SRCE dans le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires en témoignent.
L’aboutissement du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, est une priorité pour renforcer les politiques en faveur de la biodiversité, dont la TVB. Cette loi permettra la création de l’Agence française pour la biodiversité qui sera l’interlocuteur privilégié pour accompagner les acteurs de la biodiversité et de l’aménagement du territoire. Elle instituera également un comité national de la biodiversité au sein duquel le CNTVB se transformera en commission permanente. En tant que députée et rapporteure du projet de loi à l’Assemblée nationale, je contribuerai avec conviction et engagement à cet élan majeur pour l’environnement.

C’est aussi en tant que présidente du CNTVB que j’ai souhaité lancer le chantier de l’évaluation de la politique TVB. Cette démarche contribuera à l’animation et au suivi de la mise en œuvre des SRCE. Je souhaite que les nouvelles régions, futurs acteurs incontournables de la biodiversité, y soient fortement associées. Une journée sera consacrée à ce sujet en septembre prochain en lien avec les acteurs locaux.
Une nouvelle étape s’ouvre donc à tous les acteurs, pour construire une mobilisation plus étendue en faveur de la TVB sur tous les territoires avec l’appui du centre de ressource pour la TVB.
Cette année 2016 s’annonce riche et intense. Je fais le souhait qu’elle soit un moment majeur pour la biodiversité. Meilleurs vœux à tous pour l’année 2016 !

Lire la suite
Retour au sommaire

Vie du groupe d'échange national

Créé en 2005, le groupe Trame verte et bleue est un lieu d’échanges entre «experts» et «praticiens» des corridors écologiques et des trames vertes et bleues. Le groupe comprend 40 PNR et des partenaires de plus en plus nombreux (établissements publics, collectivités territoriales, associations, laboratoires de recherche,…), pour un total d’une centaine de membres.

Prochain rendez-vous : le30 mars

Trame verte et bleue & Foncier

L’artificialisation galopante des sols conduit à la destruction d’habitats et réduit l’espace vital de nombreuses espèces. Elle constitue l’une des principales causes d’érosion de la biodiversité. De plus en plus conscients des effets pervers de la consommation du foncier agricole et naturel, les pouvoirs publics mettent en place des mesures visant à ralentir ce processus et/ou à préserver des espaces d’intérêt écologique majeur.
La politique Trame verte et bleue, en tant que nouvel outil d’aménagement du territoire, vise également un usage économe de l’espace pour limiter le phénomène de fragmentation de l’espace. Selon les contextes, et notamment le niveau de pression foncière, sa mise en œuvre mobilisera différents outils permettant d’agir sur le foncier que ce soit pour préserver certains espaces face à des menaces d’artificialisation ou pour bien maintenir ou adapter les usages sur des parcelles jouant un rôle clé pour la circulation des espèces.
Dans ce contexte, comment définir une stratégie foncière et des actions permettant de répondre aux enjeux identifiés dans les schémas régionaux de cohérence écologique ? Comment les inscrire dans un projet de territoire ? Quelle mobilisation possible des documents d’urbanisme (cadre pour la mise en place d’action, mobilisation d’outils règlementaires comme les emplacements réservés ou les PAEN) ? Sur quels outils s’appuyer ? Comment mobiliser les espaces publics mais aussi les espaces privés ? Quels partenariats mettre en œuvre ? Quelles priorisations ?

Vous avez un retour d'expérience ou des suggestions pour cette journée. N'hésitez pas à nous en faire part ! Contact: Solène Bellanger, Fédération des Parcs naturels régionaux

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

Le Plan de Paysage des Côtes de Meuse, un projet de territoire alliant qualité paysagère et continuités écologiques

La charte 2015- 2027 du Parc naturel régional de Lorraine a identifié les Côtes de Meuse comme l’un des Joyaux de la Biodiversité et du Paysage de son territoire mais également comme le support de continuités écologiques thermophiles et forestières pour sa Trame Verte et Bleue. Alors que la filière arboricole, à l’origine des vergers de mirabelliers emblématiques de ce secteur, est fragilisée, les élus des Côtes se sont interrogés sur l’avenir de leur paysage. Ils sont mobilisés depuis 2015 dans l’élaboration d’un Plan de Paysage visant à concilier le soutien de l’activité économique locale moderne et la préservation des caractères identitaires de leur cadre de vie. La Trame Verte et Bleue occupe une place de choix dans ce Plan de Paysage.

Le diagnostic du Plan de Paysage a rapidement mis en évidence l’étroite relation existante entre la géomorphologie des Côtes de Meuse, le relief, la qualité des sols, les activités humaines de cette unité paysagère et la biodiversité qui y est présente. Il a également fait apparaître que leur structure homogène orientée Nord-Sud sur près d’une cinquantaine de kilomètres alliée à leur faible urbanisation font des Côtes de Meuse un support privilégié pour les continuités écologiques de la Trame Verte et Bleue et permettent la préservation des habitats qui la constituent et des espèces sensibles (espèces liées aux cavités des arbres fruitiers comme le Torcol fourmilier ou la Huppe fasciée, espèces des pelouses calcaires de lisières comme le Lézard des souches, espèces liées aux Côtes comme le Petit Rhinolophe).

L’espace de concertation qu’offre le Plan de Paysage a donné la possibilité aux acteurs locaux de construire un programme d’action partagé conciliant les enjeux de la TVB et du paysage. Ainsi, les élus affichent leur volonté d’intégrer la TVB dans les documents d’urbanisme, dans les solutions proposées pour soutenir la filière arboricole, et proposent des actions spécifiques pour la préservation des ENS et pour le maintien du réseau des haies et des mares.

Petit Rhinolophe © François Schwaab PNRL


 

Contacts :
Parc naturel régional de Lorraine
Lucille Robillot, Chargée de mission Préservation et gestion des réseaux écologiques
Anne Philipczyk, Chargée de mission
Paysages et aménagements

Retour au sommaire

Actualités nationales

Projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

Le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a été voté en première lecture à la très grande majorité par les Sénateurs ce mardi 26 janvier 2015 (263 votes pour, 32 contre). Il n’y a pas eu de changement notable sur la TVB suite à cet examen. Les sénateurs ont voté à l’unanimité la création de l’Agence française pour la biodiversité (341 exprimés, 341 pour), ce qui va permettre notamment de réconcilier économie et écologie et de relier biodiversité et climat. Par ailleurs, il est possible de noter quelques avancées concernant la politique relative aux Espaces Naturels Sensibles (ENS) menée par le département, ces espaces devant être désormais compatibles avec le SRCE et les terrains acquis devant faire l’objet d’un plan de gestion. Un examen en seconde lecture est prévu à en commission du développement durable les 1er, 2, 8 et 9 mars prochains et en séance plénière de l'Assemblée nationale le 15 mars pour une adoption définitive prévue avant l'été.
« Je remercie les sénateurs qui, après la COP 21, ont su transcender les clivages partisans pour rapprocher les points de vue en recherchant l’intérêt général de notre avenir commun, et en mettant la France très en avance sur les enjeux de la biodiversité et du climat. », a déclaré Ségolène Royal.

Seconde phase de l'Initiative PME - Biodiversité

Le Commissariat Général à l’investissement, l’Ademe et le Ministère de l’Ecologie proposent un appel à projet Initiative PME - Biodiversité dans le cadre du Programme Investissements d’avenir. Il a pour objectif d’accélérer le développement et le déploiement de technologies, méthodes et approches innovantes permettant la préservation et la restauration de la biodiversité (dont les continuités écologiques). Les projets sélectionnés reçoivent une aide financière sous forme de subvention, correspondant à 50 % des dépenses éligibles du projet et pouvant aller jusqu’à 200 000 € au maximum. La clôture finale de cet appel est fixée au 22 février 2016.
Pour plus de détails ou pour accéder aux dossiers de candidature.

Formations TVB 2016 : consultez le catalogue !

Le catalogue des formations Trame verte et bleue 2016 est paru. Issu du dispositif de coordination piloté par l'Aten, ce document répertorie l'ensemble des stages des différents organismes de formation impliqués. Vous y retrouverez les principales informations concernant leur organisation (dates, lieux, organismes de formation) ainsi que leurs objectifs et contenus.

Ne tardez pas à vous inscrire à ces formations ; les inscriptions sont en effet clôturées plusieurs semaines avant le début des stages.

Offres d'emploi et de stage

Une offre d'emploi ou de stage à diffuser ? N'hésitez pas à remplir le formulaire dédié sur le site Internet du Centre de ressources (cliquer et "Proposez une offre").
Vous y retrouverez l'ensemble des offres portant sur la Trame verte et bleue et les continuités écologiques.

Retour au sommaire

Actualités des régions

France métropolitaine

État d'avancement des SRCE

Quatre nouveaux Schémas Régionaux de Cohérence Écologique (SRCE) ont été adoptés fin 2015, respectivement dans les régions Limousin, Franche Comté, Champagne Ardenne et Aquitaine ce qui porte à 20 le nombre de SRCE à mettre en œuvre au niveau national. Des dispositifs spécifiques sont prévus ou d'ores et déjà mis en œuvre pour accompagner les acteurs dans la phase opérationnelle : guides sur la déclinaison des SRCE dans les documents d’urbanisme, formations à destination notamment des élus, soutien aux projets innovants, développement d’outils spécifiques (cartographie (exemple de GeoBretagne)…)…
L'ensemble des informations et des documents en lien avec les SRCE sont disponible sur le site du Centre de Ressources TVB.

Franche-Comté

Le SRCE Franche-Comté adopté le 2 décembre 2015

Le Préfet de Franche-Comté a signé l'arrêté d'adoption du SRCE le 2 décembre 2015 après approbation par le Conseil régional le 16 octobre 2015. Afin de faciliter son appropriation et sa mise en œuvre par les acteurs locaux, le SRCE a été construit dans le souci d’une grande concertation à chacune des étapes de son élaboration. Il donnera lieu à des actions de formation et de sensibilisation à la prise en compte des continuités écologiques en direction des acteurs du territoire. Par ailleurs, l’acquisition de connaissances sur le milieu naturel et sur les équilibres à concevoir avec les activités socio-économiques constitue un objectif stratégique du SRCE. Le document sera consultable prochainement sur les sites de la DREAL et du Conseil Régional.

Limousin

Le SRCE Limousin adopté le 2 décembre 2015

Issu d’un travail réalisé en concertation avec de nombreux acteurs du territoire notamment dans le cadre d’ateliers thématiques, le SRCE Limousin a été adopté le 2 décembre dernier par arrêté préfectoral après approbation du Conseil Régional en date du 20 novembre 2015. Il est disponible sur le site de la DREAL. Un accompagnement de la déclinaison du SRCE dans les documents d'urbanisme est prévu. En particulier, une journée d'information à destination des Bureaux d'Etudes (urbanisme) sera organisée en mars 2016 en lien avec le service aménagement de la DREAL.

Champagne-Ardenne

Le SRCE Champagne-Ardenne adopté le 8 décembre 2015

Adopté par arrêté du préfet de région du 8 décembre 2015, après approbation par le Conseil régional le 26 octobre 2015, le SRCE Champagne-Ardenne sera consultable prochainement sur le site de la DREAL et du Conseil Régional. Un dispositif d'accompagnement des acteurs est prévu, avec tout d'abord, l’élaboration d’un guide méthodologique et la programmation de formations pour les collectivités et bureaux d'études afin d'intégrer de la Trame verte et bleue dans les documents d'urbanisme. Une étude de suivi des passages à faune en région sera également bientôt lancée.

Aquitaine

Le SRCE Aquitaine adopté le 24 décembre 2015

Le SRCE Aquitaine a été adopté le 24 décembre 2015 par arrêté du préfet de région, après approbation par le Conseil régional le 19 octobre 2015, au terme d'une phase de co-élaboration et de consultation qui a duré près de 4 ans. Il sera consultable sur les sites de la DREAL et du Conseil Régional prochainement. Sa mise en oeuvre sera notamment orientée vers les acteurs en charge des documents d'urbanisme. A ce titre, le SRCE comporte un volet spécifique consacré à l'illustration de sa prise en compte par les documents d'urbanisme. Par ailleurs, une assistance aux continuités écologiques est proposée depuis 2014 aux structures porteuses de Schémas de Cohérence Territoriale ou de Plans Locaux d’Urbanisme intercommunaux (PLUi) qui le souhaitent.

Bourgogne

L'Observatoire régional de la biodiversité (ORB) Bourgogne produit ses premiers travaux

L'ORB, outil de suivi de la biodiversité régionale et de mise en œuvre de la Stratégie régionale pour la biodiversité et du SRCE, a produit ses 1er travaux : trois indicateurs sont en cours d’élaboration dont un relatif à l’Évolution des populations d’oiseaux, déjà disponible. Pour chaque indicateur, une version détaillée et une synthétique sont publiées. Courant 2016, une nouvelle série d’indicateurs sera identifiée et travaillée dans le cadre d’une large concertation avec les partenaires régionaux. L’ORB a été officiellement lancé par la Région et l’État, le 16 novembre dernier, lors du Comité régional de la biodiversité (COREB), instance d’information et d’échanges sur la continuité écologique et les stratégies régionales et locales de la biodiversité.

Nord-Pas de Calais

Trame verte et bleue en Nord-Pas de Calais

Les documents d'urbanisme et projets doivent prendre en compte le SRCE. Pour ce faire, la région Nord-Pas de Calais et l'Etat ont réalisé plusieurs productions pour accompagner les territoires dans cette démarche dont : un mode d'emploi pratique et opérationnel, un dépliant de 4 pages résumé du SRCE et un guide technique pour construire une TVB locale prenant en compte le SRCE.

Plantons le décor© est une référence pour la fourniture d’arbres et d’arbustes du Nord-Pas de Calais. Au travers du projet ESDOCO Nord – Pas de Calais (Espèces d’origine contrôlée), l'origine des arbustes est maintenant contrôlée. Conduite sur 2013-2015, cette initiative s’inscrit dans les réflexions nationales (Végétal local). Elle a permis de constituer un fond de plants d’origine locale au travers des trois vergers à graines implantés sur du foncier public fin 2015.

Retour au sommaire

Actualités locales

Créer un "corridor noir" la nuit dans la Loire

"90% des insectes sont nocturnes et se déplacent la nuit", explique Raymond Faure, président de la FRAPNA Loire. Il est estimé qu'un point lumineux provoque la mort de 150 insectes en été chaque nuit. Ils sont grillés par la chaleur des lampadaires, piégés par les lumières et meurent d'épuisement. L'association oeuvre ainsi depuis 2011 à faire diminuer la pollution lumineuse dans le département. Résultat : 148 communes agissent, sur les 327 que comptent le département. L'objectif à terme serait de créer un "corridor noir" dans le département, "soit la participation d'une dizaine de communes de plus qu'aujourd'hui" pour faciliter la vie des insectes des oiseaux.

Un nouveau programme LIFE en faveur du Gypaète barbu

L'observation, dans la Drôme et le Massif central, de Gypaètes barbus originaires de l'ouest (Espagne, Pyrénées) et de l'est (Abruzzes, région balkanique) de l'Europe confirme l'importance de cette zone géographique pour cette espèce. Un nouveau programme LIFE "Gypconnect", coordonné par la LPO France, démarre et aura pour objectif de renforcer la population du Gypaète barbu européenne par la création de noyaux de population dans la Drôme et le Massif-Central. Il devrait aussi favoriser les mouvements d’oiseaux depuis ces noyaux, entre les Alpes et les Pyrénées, afin de permettre des échanges d’individus.

Programme commun d’actions en faveur des continuités écologiques

Le Syndicat Mixte Interdépartemental de Gestion des Eaux de Ruissellements de la Montcient et ses affluents et le Syndicat Intercommunal Bassin Versant de l’Aubette de Meulan, se sont associés pour définir un programme d’actions pour préserver et restaurer les continuités écologiques. Ce contrat se terminera fin 2018 et fédère 25 communes sur 14 000 ha. Le programme compte une soixantaine d’actions pour un budget de 2,4 m€. Une cellule d’animation est mise à disposition par le Parc naturel régional du Vexin français, avec le soutien de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, la région Île-de-France, les communes et départements du Val-d’Oise et des Yvelines.

Breizh Bocage - des haies bocagères et des espaces boisés à conserver

Dans le Morbihan, la qualité de l'eau passe par l'amélioration du bocage. L’opération Breizh Bocage 2 a permis d'identifier des zones prioritaires pour mettre en place des actions en faveur du bocage. Le Syndicat du Loc’h et du Sal a, par exemple, replanté 7 km de haies, lors du Breizh Bocage 1 et 28 km devrait suivre sur la zone de l'étang de la forêt, sur le Loc’h (problèmes de phosphore). Ces actions devraient renforcer la place du bocage dans l’aménagement et le développement économique du territoire. Des axes d’intervention sont ainsi programmés avec les agriculteurs, notamment pour la gestion des haies.

Des corridors écologiques pour la biodiversité

CORRIBIOR est un projet porté par la Fédération régionale des chasseurs et l'AFAHC et financé par la région et l'Europe. Il vise le renforcement ou reconstitution de continuités favorables à l'accueil et aux déplacements de la faune/flore sauvages. Pour ce faire, un diagnostic partagé des continuités écologiques locales sera fait et des mesures seront proposées aux gestionnaires.

Retour au sommaire

Actualités Internationales

Développement du réseau écologique dans les Parcs naturels de Wallonie

En 5 ans (de 2009 à 2013), les actions menées au sein des Parcs naturels de Wallonie ont permis de planter plus de 67 kilomètres de haies, 1 985 arbres fruitiers hautes tiges. Plus de 24 000 arbres ont été distribués aux habitants des Parcs naturels et 23 kilomètres de cordon rivulaire ont été plantés le long des cours d'eau. Parallèlement à ces actions, les Parcs naturels promeuvent l'abandon des pesticides dans les jardins des particuliers mais aussi auprès de leur commune grâce à la mise en place de la gestion différenciée des espaces verts. Parmi les actions, cinq retours d'expériences sont disponibles (gestion différenciée des espaces publics communaux, des éco-jardins au service de la trame écologique, protection et restauration du bocage, formation "gérons nos jardins au naturel" et une fête des plantes pour sensibiliser au jardin naurels).

En savoir plus

Retour au sommaire

Zoom sur...

Claire Hamon

La biodiversité, une trame à suivre

C’est l’histoire de huit fermes bretonnes réparties sur le territoire et avec des systèmes de productions différents allant des céréales aux fruits ou légumes, à l’élevage bovins, équins ou génisses. Leur point commun : la pratique d’une activité agritouristique à la ferme. Certaines accueillent des enfants, des personnes handicapées en séjours ou à la journée. D’autres proposent des séjours vacances aux familles en camping ou gîte, des loisirs équestres.

Toutes adhèrent au réseau associatif « Bienvenue à la ferme » Bretagne. Dans ce cadre, elles se rencontrent régulièrement via des ateliers de retours d’expériences qui comprennent des temps d’échanges sur la médiation par l’animal, la communication non violente, l’éducation à l’alimentation,... Ils ont pour objectif la sensibilisation et l'échange autour d'approches et d'expérimentations innovantes au sein des fermes. Fort de cette méthode de travail, l’association propose la thématique de l’éducation à l’environnement et s’ouvre sur la Trame verte et bleue (TVB), en partenariat avec le Réseau éducation à l’environnement de Bretagne (REEB), et le pôle biodiversité des Chambres d’agriculture. Effectivement, suite aux différents travaux menés, parler de communication écologique semblait être une nouvelle trame. Des fermes volontaires, selon leur vécu et de leur parcours, ont mesuré le grignotage des besoins de la ville sur les terres agricoles, et ont fait évoluer leur système de production. Elles sont actuellement accompagnées par l’association bretonne Bienvenue à la ferme et le Conseil régional pour mettre en place des sentiers découverte de la TVB locale pour montrer l’intérêt de protéger la biodiversité et le paysage qui nous entourent. Ces parcours s'adressent au grand public et sont situés sur le siège d’exploitation. Ils soulignent l’intérêt de la nature ordinaire et le lien avec l’activité agricole. Les premiers ouvriront à l’occasion de l’opération « Du printemps à la ferme » les 23 et 24 avril.

Comprendre et faire comprendre : un jeu de sensibilisation sous forme de puzzle a aussi été créée. Son objectif : aménager le territoire en prenant en compte la nature, l'Homme, l'économie, les interconnections possibles et leurs évolutions. Ce jeu introduira les parcours afin de susciter un autre regard pendant les parcours découvertes de la TVB.


Contact :
Marie-Paule Fouquin
Chef de projet Agritourisme
AGRICULTURES & TERRITOIRES
Chambre d'agriculture de Bretagne

Retour au sommaire

Agenda

du22 mars
jusqu'au24 mars
Montpellier (34)

Formation - Trame verte et bleue en milieu urbain et périurbain

Cette formation est organisée par l'Aten en partenariat avec le CNFPT-Inset de Montpellier. Elle aura pour objectif l'intégration de l'enjeu des continuités écologiques dans les politiques urbaines et péri-urbaines. Attention, les inscriptions sont clôturées 1 mois avant le début du stage. Inscrivez-vous dès maintenant !

du24 mars
jusqu'au25 mars
Montpellier (34)

Colloque "La continuité écologique dans les zones humides littorales"

Il s’agit ici de mobiliser et fédérer l’ensemble des acteurs concernés par la restauration de la continuité écologique sur les zones humides en aval des cours d’eau. L’objectif est de mettre en valeur les expériences réussies des deux façades maritimes, dans le cadre de l’application des diverses politiques publiques françaises et européennes (eau et biodiversité) mais aussi les expériences locales.

du22 mars
jusqu'au25 mars
Montpellier (34)

Formation - Trame verte et bleue : Méthodes appliquées en information géographique

Cette formation organisée par AgroParisTech vise à connaître les méthodes usuelles d’élaboration de la TVB à partir des données géographiques et d’outils SIG, à mesurer leurs limites et leur pertinence dans le contexte local d’application, à pratiquer et paramétrer les traitements SIG des méthodes présentées, et à découvrir les méthodes en développement dans les organismes de recherche.

le7 juin
Paris (75)

Rencontre « Perméabilité des infrastructures de transport au vivant »

Natureparif, l’Etat et la Région Île-de-France vous invitent à participer à une journée d’exposés, d’échanges et de débats dont l’ambition est de présenter l’état des connaissances sur les éléments fragmentants du territoire francilien et leur effets d’obstacle à la dispersion des espèces, et de montrer à travers des exemples et solutions techniques qu’il est possible de rendre perméables au vivant les infrastructures de transport par l’aménagement de passage à faune de taille et de forme variées.

du6 juin
jusqu'au7 juin
Montpellier (34)

Séminaire "Schémas d'aménagement et de gestion des eaux & Trame verte et bleue"

Ce séminaire national se propose de contribuer au rapprochement des acteurs de la politique de l’eau et de la politique TVB pour améliorer les synergies aux différentes échelles d’action. Il sera l’occasion de renforcer la connaissance mutuelle des acteurs, de mettre en évidence les synergies et les complémentarités entre chaque politique, d'identifier les moyens d'actions innovants et de les valoriser.

Retour au sommaire

A consulter

De nouvelles fiches expériences à consulter

Mise en œuvre du SRCE - Cahier des charges des études Trame verte et bleue dans les documents d’urbanisme

Le SRCE doit être pris en compte dans les documents d’urbanisme et représente une référence régionale pour le maintien d'une cohérence écologique entre les territoires. Pour autant, les collectivités se posent encore de nombreuses questions méthodologiques : comment identifier la TVB ? Sur quelles données s’appuyer ? Comment traduire les enjeux en dispositions réglementaires ? Quelles compétences mobiliser ?... Cet outil s’adresse aux personnes en charge des documents d’urbanisme. Il détermine les questions à se poser lors de la rédaction d'un cahier des charges pour identifier et traduire la TVB dans le document d’urbanisme afin d'établir un document qui répondent aux exigences réglementaires tout en valorisant la TVB du territoire.

Forum - La lettre des marais atlantiques

Le dernier numéro de "Forum - La lettre des marais atlantiques", de janvier 2016, est un numéro spécial sur la Bretagne. Un article dédié sur le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) en Bretagne et les zones humides. Adopté le 2 novembre 2015, le SRCE Bretagne est un outil de mise en oeuvre de la Trame verte et bleue, fruit d'une forte mobilisation des acteurs de la biodiversité dont ceux qui oeuvrent en faveur des zones humides. Quelle est la place réservée aux zones humides et à leurs acteurs dans le SRCE de Bretagne ? Quelles opportunités et perspectives présente-t-il ?

La Trame verte et bleue, un outil pour préserver les territoires de nature

Le diagnostic de la Trame écologique du Parc naturel régional du Haut-Languedoc représente un socle d’analyse à partir duquel les acteurs locaux pourront s’appuyer pour définir leur Trame verte et bleue locale. L’objectif de ce livret est de fournir des clefs de lecture territoriale dans le domaine éco-paysager afin d’accompagner ces acteurs locaux dans une démarche de développement durable et concerté.

Intégration de la Trame verte et bleue

Ce document, destiné aux élus et techniciens, est un recueil des retours d’expériences relatifs à la TVB dans les documents d’urbanisme dans le cadre du contrat Nature «Grands Tritons» sur le territoire du PNR de Brière. Il rappelle les concepts et termes utilisés et donne des conseils et recommandations pour préparer la commande de l’étude TVB (CCTP) et son identification. Il présente différentes approches et identifications de la TVB et des représentations graphiques diverses. Il donne des pistes de traduction dans les documents d’urbanisme ainsi que des exemples opérationnels de préservation et de remise en état des continuités écologiques.

La continuité écologique des cours d'eau

La notion de continuité écologique des cours d’eau existait avant les lois Grenelle et la Trame verte et bleue. Les 1ers cours d’eau classés pour aménager des barrages pour le franchissement pissicole datent d'une loi de 1865. Cet enjeu loin d’être nouveau et renforcé par l’objectif d’atteinte du bon état des cours d’eau fixé par la Directive cadre sur l’eau de 2000. L'article, rédigé par le ministère en charge de l'écologie, explique l’importance de restaurer cette dimension essentielle du fonctionnement des cours d’eau. Des réponses aux idées fausses sur les retenus, seuils, moulins et la restauration de la continuité écologique sont aussi apportées.

La vie des cours d’eau, C'est pas compliqué si c'est bien expliqué

Une vidéo ludique sur les cours d'eau et l'intérêt de maintenir ou restaurer leurs continuités écologiques.

Effacement d'un seuil sur le Rhins, affluent de la Loire (42)

Suppression d'un ouvrage pour rétablir la continuité écologique d'un cours d'eau à St Vincent de Boisset.

Retour sur la journée technique "Concilier protection de la nature et projets d’aménagements"

La Direction territoriale Nord-Picardie du CEREMA a organisé une journée technique CoTITA "Concilier protection de la nature et projets d’aménagements", le 14 décembre 2015 à Lille. Elle a permis de présenter des bases de données naturalistes régionales (contenu, conditions d’accès), des outils méthodologiques sur l’évaluation environnementale des projets mais aussi des retours d’expériences sur la prise en compte des milieux naturels dans des projets d'infrastructures routières, de développement économique et d’aménagement du territoire (dont une présentation de la TVB dans le SCoT du pays du Grand Amiénois).

Retour sur la journée de lancement du plan de développement de l'agroforesterie

La 2ème journée nationale de l'agroforesterie s'est déroulée le 17 décembre 2015, à AgroParisTech. Elle a réuni des professionnels, associatifs, enseignants et chercheurs et a permis au ministre Stéphane Le Foll de présenter le nouveau plan de développement de l'agroforesterie qui comporte cinq axes : mieux connaître la diversité et le fonctionnement des systèmes agroforestiers ; améliorer le cadre réglementaire et juridique et renforcer les appuis financiers ; développer le conseil, la formation et la promotion de l'agroforesterie ; améliorer la valorisation économique des productions agroforestière et, enfin, promouvoir et diffuser l'agroforesterie à l'international.

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

Connecter et restaurer les habitats, une réponse au changement climatique

Le changement climatique contraint un certain nombre d'espèces à changer leurs aires de répartition. L'augmentation de la connectivité entre des sites clefs et la mise en place de politiques publiques en faveur de la biodiversité sur de grands espaces faciliteraient l'adaptation des espèces au changement climatique. Cependant, des interventions ciblées (reproduction en captivité, aide à la colonisation de nouveaux espaces) restent nécessaires pour permettre le maintien de certaines espèces. Quatre études détaillées, réalisées en partenariat avec Birdlife international et Audubon, illustrent ces argument.

L’étude des fronts de colonisation du chat forestier dans le département de la Haute-Savoie

L’étude des fronts de colonisation du chat forestier en Haute-Savoie propose, dans un premier temps, un état des lieux de la présence du chat typé forestier (forestiers pur et/ou hybrides) dans le département ainsi qu’une synthèse des connaissances relatives aux capacités de déplacement de Felis silvestris silvestris. Ces éléments, collectés pendant 2 ans, associés à la recherche de nouvelles données de présence d’individus typés forestiers et à l’expertise sur le terrain de secteurs favorables à la sous-espèce, ont permis d’identifier et de réaliser la première cartographie du réseau écologique du chat typé forestier dans le département. Cependant, au vu de la discrétion de l’animal et de l’impossibilité de distinguer formellement le chat forestier pur de ses hybrides, la poursuite de l’étude axée sur des méthodes techniques (piégeage photographique intensif) et scientifiques (génétiques) s’avère indispensable pour affiner et valider le réseau écologique du petit félidé de nos forêts.