Edito

L’Occitanie au cœur de l’action pour la biodiversité

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Agnès Langevine
Vice-Présidente de la Région Occitanie en charge de la Transition écologique et énergétique, biodiversité, économie circulaire, déchets

Avec la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, nous avons tracé une voie ambitieuse pour la transition écologique de nos territoires : 1ère Région à Energie positive, économie circulaire et retour au sol de la matière organique, démarche "H2o30" pour une gestion durable de la ressource en eau, soutien à l’agriculture Bio, animation d’une communauté de travail "éviter-réduire-compenser".

Les impacts du changement climatique ne sont en effet plus un vague futur auquel nous aurons à nous préparer, mais un présent bien réel qui nous oblige à agir plus vite et plus fort dans nos territoires vulnérables. Car oui, il s’agit bien de nous réconcilier avec la nature. Et c’est de cette alliance avec la nature dont dépendra notre futur. Protéger et restaurer notre biodiversité, c'est d’abord réduire les pressions exercées sur nos territoires. L'Occitanie, hot spot mondial pour la biodiversité, a perdu, entre 1992 et 2012, 46 % de ses prairies et pâturages naturels et 31 % de ses forêts. Ce sont 60 000 hectares qui ont été artificialisés entre 2006 et 2015, surtout sur la bande littorale. La projection démographique à l'horizon 2040 indique 1 million d'habitants supplémentaires. Sur 30 SCOT, 13 seulement traitent de la question des continuités écologiques (au sens des lois Grenelle).

Cheffe de file des politiques biodiversité, la Région travaille à l'élaboration de sa Stratégie régionale biodiversité (SRB) dans un esprit de concertation et d’innovation citoyenne. Plus de 350 acteurs ont contribué au diagnostic de notre patrimoine exceptionnel ainsi qu'aux types de pressions qui le menacent. C'est dire la dynamique de terrain, au plus près des enjeux locaux, sur laquelle nous pouvons nous appuyer !

La SRB constituera le volet biodiversité du Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET) en cours d’élaboration. Dans la continuité des Schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE), le réseau des acteurs de la TVB est non seulement associé à cet exercice de planification, levier majeur de la transition écologique de nos territoires, mais aussi à la mise en œuvre de solutions concrètes indispensables à leur  résilience.

Nous savons les impacts du changement climatique sur les écosystèmes mais aussi la fonction régulatrice de la biodiversité. À nous de sortir d'une approche en silo pour porter, au plus près du terrain, une vision transversale et partagée des enjeux de protection dans toutes les politiques de développement et d'aménagement. La nouvelle Agence régionale pour la biodiversité (ARB), premier établissement public de coopération environnementale en France, sera dotée d’une équipe technique qui viendra renforcer cet engagement collectif autour de 3 missions : la valorisation de la connaissance, la création d'un réseau de gestionnaires et l'appui aux porteurs de projets, en particulier pour l'évitement et la réduction des impacts.

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

Paysage du plateau de Limours
PNR HVC
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Plans paysage et biodiversité, une approche territoriale innovante

Depuis 2012, le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse pilote l’élaboration de Plans paysage et biodiversité (PPB). Réalisés à l’échelle des unités écopaysagères (qui regroupent entre 5 et 15 communes) sur le territoire du Parc, cet outil de conseil et d’accompagnement est destiné et pensé avec les élus locaux et les acteurs du territoire. L'approche paysagère permet ainsi de parler de Trame verte et bleue avec ces acteurs sous un angle opérationnel.

Le PPB est un outil d'aide à la décision, non réglementaire, chacun se l’appropriant à son gré, pour :

  • définir un programme d’actions à l’échelle intercommunale alliant les enjeux écologiques et paysagers,
  • décliner les propositions à l’échelle communale,
  • enrichir les documents d’urbanisme et les opérations d’aménagement.

Il permet donc d’aborder la question de la Trame verte et bleue par la dimension paysagère, qui intègre les questions de cadre de vie, d’histoire, de patrimoine, d’usage et d'écologie. L’unité écopaysagère est une échelle pertinente d’action : le PPB de la forêt de Rambouillet a permis de faire des propositions de gestion forestière à l’échelle du massif, celui du plateau de Limours de traiter la gestion et l’aménagement de mares ou la replantation d’arbres isolés à l’échelle du plateau agricole. S’appuyant sur le SRCE, les PPB en déclinent concrètement les orientations en s’attachant à proposer à la fois des principes d’actions et des propositions précises localisées.

Chaque PPB se déroule en quatre phases : un diagnostic, un plan d’actions, des plans-guides et des déclinaisons communales. Pour mieux comprendre l’imbrication des échelles et la traduction de grands enjeux en actions, focus sur l'exemple des mares sur le Plateau de Limours :

  • le diagnostic identifie les caractéristiques paysagères - "Un faux plat ponctué de microreliefs où se loge une eau discrète mais omniprésente" -  et les processus d’évolution du paysage ("Une eau fragile qui tend à disparaître"),
  • ces caractéristiques sont déclinées en orientations : "Pour une présence affirmée de l’eau et sa gestion à ciel ouvert" et en enjeux : "L’eau ponctuelle : Créer, valoriser et mettre en réseau les mares, les mouillères, les bassins de rétention",
  • le plan d’action reprend ces enjeux et les illustre par des exemples concrets sur le territoire, précise les moyens d’actions (outils réglementaires, financiers, pédagogiques ou de communication),
  • les déclinaisons communales localisent les éléments à préserver, à revaloriser et à requalifier ou créer.

Cet outil permet donc, en réalisant un programme d’actions précis avec les acteurs de l’aménagement du territoire, de les sensibiliser et de les impliquer sur les enjeux paysagers et écologiques. Ainsi, sur le plateau de Limours, plusieurs mares ont été restaurées ou recréées sur des exploitations agricoles. Des interventions d’artistes, avec des installations plastiques sur les parcelles cultivées sur le thème de l’eau, ont également instauré une dialogue avec les agriculteurs. L’ensemble de ces actions a ainsi permis de renforcer la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques associées aux mares et aux mouillères.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Carte du PPB relative à l'orientation "Pour une présence affirmée de l’eau et sa gestion à ciel ouvert"
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Mares sur la commune de Cernay-la-Ville © Olivier Marchal

 

 

Marion Doubre
Chargée de mission Paysage
PNR de la Haute Vallée de Chevreuse
m.doubre @ parc-naturel-chevreuse.fr

François Hardy
Chargé de mission Nature & environnement
PNR de la Haute Vallée de Chevreuse
f.hardy @ parc-naturel-chevreuse.fr

Pour en savoir plus.

Retour au sommaire

Actualités nationales

Plan biodiversité : des actions sur les continuités écologiques

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le ministère de la Transition écologique et solidaire s’est doté d’un Plan Biodiversité le 4 juillet dernier. L’artificialisation des espaces, premier facteur de consommation des espaces naturels et de leur fragmentation, est au cœur des préoccupations et de l’action.

L'axe 3 de ce plan, intitulé « protéger et restaurer la nature dans toutes ses composantes », vise à conforter le réseau écologique dans les territoires en contribuant à la restauration des continuités écologiques et en accélérant la mise en œuvre de la Trame verte et bleue. Cela se concrétise par le lancement d’une étude opérationnelle visant à résorber 20 des principaux points noirs des schémas régionaux de cohérence écologique et par la restauration de la continuité aquatique sur 50 000 km de cours d’eau d’ici 2030. Il s’agit de sélectionner les obstacles majeurs aux continuités écologiques (infrastructures routières et ferroviaires, conurbations, barrages, etc.) et de travailler à leur suppression. Le sujet de la lutte contre la pollution lumineuse est également identifié parmi les priorités, pollution qui peut engendrer une fragmentation de l’habitat d’un certain nombre d’espèces nocturnes.

Création des premières Agences régionales de la biodiversité

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L'année 2018 a vu la création des premières Agences régionales de la biodiversité (ARB), dispositif de partenariat avec les territoires prévu dans la loi biodiversité de 2016.

En effet, les Régions peuvent engager un processus de création d’une ARB en partenariat avec l’Agence française pour la biodiversité. L’objectif est de créer un lieu et des moyens de coopération pour renforcer l’efficacité de l’action d’acteurs existants. Une première agence est opérationnelle en Ile-de-France, celles d’Occitanie, de PACA et de Centre-Val-de-Loire le seront d’ici début 2019, et d’autres sont en cours de préfiguration : Normandie, Bourgogne-Franche-Comté pour les plus avancées, mais aussi Bretagne, Mayotte, Guadeloupe, Guyane, La Réunion.

Colloque "Valoriser et préserver les paysages nocturnes"

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
F. Paquier/AFB

Le Parc national des Cévennes et l'AFB, avec l'appui du Centre de ressources TVB, ont organisé le colloque intitulé "Comment préserver et valoriser l’environnement et les paysages nocturnes ?" les 8 et 9 novembre 2018 au Vigan, dans le Gard. L'événement a réuni une centaine de personnes, élus, techniciens des espaces naturels (parcs nationaux et parcs naturels régionaux) et des collectivités territoriales, scientifiques et associations. Il avait pour objectif d’offrir une approche pluridisciplinaire de l’éclairage public et des enjeux de la lumière artificielle ainsi que de la mise en valeur touristique des nuits préservées.

Un atelier consacré à la Trame noire a permis de présenter les projets 2019 du Centre de ressources TVB pour accompagner les acteurs de terrain dans leur implication sur ce sujet émergeant : la mise en place d’une formation, la réalisation d’un guide et l'organisation d’une journée d’échanges techniques en octobre.

Validation du standard de données sur les continuités écologiques régionales

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La localisation spatiale des éléments composant la Trame verte et bleue est une étape importante pour la mise en œuvre de cette politique. Afin de faciliter l'échange des données de localisation des continuités écologiques des SRCE, un standard de données Covadis avait été produit. Afin de l’adapter à l’arrivée des Sraddet, le Conseil national de l’information géographique (CNIG) a été sollicité pour sa mise à jour. Suite aux travaux du groupe de travail mis en place et aux retours de l’appel à commentaires qui a eu lieu à l’été 2018, l’ancien standard Covadis SRCE a été modifié pour s’ajuster au nouveau contexte de mise en œuvre de la politique TVB au niveau régional. Le standard Covadis SRCE se transforme ainsi en Standard CNIG Continuités écologiques régionales. Le contenu reste assez proche du standard précédent mais permet son application aux Sraddet. De nouvelles valeurs sont ajoutées pour certains champs afin de s'adapter au mieux aux données des régions.

Modélisation des continuités écologiques : l’outil BioDispersal est disponible !

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

BioDispersal est un plugin QGIS qui permet de modéliser les continuités écologiques par le calcul d’aires potentielles de dispersion se basant sur le principe de perméabilité des milieux. Il facilite les pré-traitements, notamment la constitution de couches de perméabilité, et calcule les aires potentielles de dispersion des espèces à partir des réservoirs de biodiversité. BioDispersal est directement téléchargeable depuis QGIS 3 ou sur le site internet du laboratoire Tetis.

Annuaire en ligne des entreprises du génie écologique

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Vous recherchez des compétences pour réaliser un projet de préservation / restauration de continuités écologiques ? Le centre de ressources Génie écologique propose un annuaire des entreprises et bureaux d'études de la filière. Cet outil permet de mieux connaître les activités des entreprises exerçant dans ce domaine et fournit des précisions concernant leurs zones d’intervention, références, chiffres clés, etc.

Bienvenue à la lettre d'information sur Natura 2000

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le centre de ressources Natura 2000 de l’Agence française pour la biodiversité a pour mission de développer les compétences et d'accompagner techniquement les professionnels pour la mise en œuvre du réseau Natura 2000, selon un mode multi-partenarial et collaboratif. Le premier numéro de sa lettre d'information a été publié. Vous pouvez y retrouver toute l'actualité sur le sujet. Inscrivez-vous dès à présent pour recevoir les prochains numéros.

Un nouveau Centre de ressources dédié aux espèces exotiques envahissantes

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

L’Agence française pour la biodiversité (AFB) et le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN France) on lancé début décembreun nouveau Centre de ressources dédié aux espèces exotiques envahissantes (EEE) afin de fournir un appui à tous les acteurs confrontés à cette problématique.Ce Centre de ressource répond à l’une des actions phares de la stratégie nationale adoptée sur cet enjeu et au plan biodiversité portés par le Ministère en charge de l’écologie. Il permettra également à la France de répondre à ses engagements internationaux et aux exigences du règlement européen, en améliorant l’anticipation, la prévention et la gestion des EEE sur son territoire.

Retour au sommaire

Actualités régionales

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Occitanie

Protocole d'accord entre les CAUE et la région

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et l’Union régionale des CAUE d’Occitanie ont signé le 14 novembre 2018 un protocole d’accord visant à l’accompagnement des politiques régionales en matière d’aménagement du territoire, d’environnement et de culture entre 2018 et 2021. L’intégration de la TVB à toutes les échelles du territoire fait partie des sujets identifiés.

Cela se traduira notamment par l’organisation d’ateliers de terrain visant à améliorer la prise en compte des SRCE et du SRADDET dans les documents d’urbanisme locaux. Pour ce faire, les CAUE développeront des partenariats avec l’Agence régionale de la biodiversité, les PNR, les Parcs nationaux, le Conservatoire du littoral…

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Bourgogne-Franche-Comté

Lancement de la consultation sur le SRADDET

Le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) est un document intégrateur de plusieurs schémas, dont le SRCE, volet régional de la TVB. Celui de la Région Bourgogne-Franche-Comté se décline en 9 grandes orientations. Parmi celles-ci, l’orientation 8 « Réussir la transition écologique et énergétique » fixe pour objectif  la préservation et la valorisation de la biodiversité, notamment au travers du maintien et de la restauration des réservoirs de biodiversité et des continuités écologiques de la Trame verte et bleue.

Ces orientations sont actuellement en consultation du public, tout comme l’ensemble des documents du futur SRADDET. Sa finalisation devrait avoir lieu à l'été 2019.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Bretagne

Dispositif "Actions en faveur des continuités écologiques"

Ce dispositif vise à accompagner financièrement les démarches de diagnostics pour l'identification des continuités écologiques, de définition de plans d'actions concertés à l'échelle de territoires de projets et de mise en œuvre d'actions de préservation et de remise en état de la TVB sur le terrain.

Les porteurs de projets peuvent être des collectivités territoriales et leurs groupements, des établissements publics, les services de l'Etat, des associations de protection de la nature et des collectifs d'exploitants agricoles ou forestiers.

 

 

 

Retour au sommaire

Actualités locales

La LPO Isère mobilisée sur les continuités écologiques

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Les Contrats verts et bleus (CVB) mis en place par la Région Auvergne-Rhône-Alpes continuent de mobiliser les acteurs sur les territoires. La LPO Isère s'implique tout particulièrement dans leur mise œuvre, en appui des collectivités territoriales. Dans le cadre du Contrat vert et bleu mis en place sur la métropole grenobloise, la LPO Isère lance une grande enquête participative qui cible les données d'écrasements de hérissons d'Europe et d’écureuils roux.

Elle est aussi impliquée dans la mise en œuvre de plusieurs plan d’actions en faveur des mares de 3 CVB. Au total, une cinquantaine de mares sur l’ensemble de l’agglomération seront créées, ceci afin de renforcer les capacités d’accueil et les possibilités de migration pour la flore et la faune dépendantes de ces habitats.

Toujours plus d'anguilles sur la Vienne

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Logrami

Bonne nouvelle! L'association Loire grands migrateurs (Logrami) chargée du suivi des migrations indique qu'un nouveau record du nombre d’anguilles européennes en montaison sur la Vienne a été battu : 7401 individus ont été recensés depuis le début de la période de migration à Chatellerault. Migrateur amphihalin, l'anguille évolue cours de sa vie dans des milieux présentant différents taux de salinité, de la mer vers l'eau douce puis à nouveau vers la mer.

Les populations de ce poisson sont donc fortement impactées par la fragmentation de leur habitat, notamment en raison des obstacles sur les cours d'eau. À cela s'ajoutent la pollution des cours d'eau, la surpêche et le braconnage. Résultat, l'espèce est aujourd'hui en danger critique d'extinction. La restauration de la continuité aquatique, par la suppression d'obstacles ou la mise en place de passes à poissons, fait partie des mesures visant à restaurer les effectifs de cette espèce.

Le projet de Scot du Dijonnais, moteur sur la TVB

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Le projet de Schéma de cohérence territoriale (Scot) du Dijonnais a été arrêté le 28 novembre 2018. Outre les annexes cartographiques comprenant 3 cartes relatives à la TVB, le document d’orientation et d’objectifs (DOO) présente une orientation 2 « Protéger, gérer et valoriser les ressources environnementales pour une plus grande durabilité du territoire » qui décline plusieurs objectifs sur la préservation et la restauration de la TVB, notamment sur les obstacles et les coupures d’urbanisation. Ceci donne un poids particulier à la TVB sur le territoire puisque les Plans locaux d’urbanisme devront être compatibles avec le DOO du Scot dans un délai de 3 ans.

Retour au sommaire

Zoom sur...

PNR Alpilles
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Un club Infrastructures pour la mise en œuvre d'actions sur le terrain

Depuis l’approbation du SRCE fin 2014, la DREAL PACA et la Région organisent annuellement, avec l’appui du Cerema Méditerranée, un club Infrastructures. Celui-ci réunit gestionnaires d’infrastructures, services de l’État, collectivités, gestionnaires d’espaces naturels et associations de protection de l’environnement autour de la préservation et de la restauration des continuités écologiques, en lien avec la gestion des infrastructures linéaires. Il permet le partage d’information, de méthodes et d’expériences dans un objectif de montée en compétence et de mise en œuvre d’actions de restauration concrètes pour une amélioration de la transparence écologique des infrastructures linéaires.

Lors de la dernière réunion, plusieurs projets et démarches ont été présentés :

  • une analyse des secteurs prioritaires du SRCE par l’Agence régionale pour l’environnement à travers des fiches de synthèse visant à prioriser les actions d'intervention,
  • les travaux menés sur le recensement des collisions avec la faune par la Direction interdépartementale des routes Méditerranée,
  • la base de données des diagnostics de transparence des ouvrages d’art par le Cerema.

Plusieurs exemples de travaux de restauration des continuités écologiques ont également été présentés :

  • le chantier de la Caume mené par Enedis sur la mise en souterrain de la ligne Haute Tension près de Saint-Rémy-de-Provence, au coeur du Parc naturel régional des Alpilles et sur le territoire de l'aigle de Bonneli (Aquila fasciata). Six km ont ainsi été enfouis,
  • la gestion des emprises sous les réseaux électriques par RTE, notamment par la mise en place de pâturage,
  • l'étude menée par SNCF Réseau avec la LPO PACA sur l'identification de secteurs de projets, notamment autour d'ouvrages inférieurs en vue de les rendre plus attrayants pour la faune,
  • les écoponts des Adrets, Vidauban, Pourcieux et Fuveau réalisés par VINCI Autoroutes.

Les échanges menés dans le cadre de ce Club permettent ainsi de faciliter et de faire connaître la réalisation de projets sur le terrain. Les nombreux retours d’expériences et documents sont consultables en ligne.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Écopont des Adrets © Vinci Autoroutes

 

 

 

Sylvaine IZE
Cheffe de projet planification régionale des ressources naturelles
DREAL PACA
sylvaine.ize @ developpement-durable.gouv.fr

Céline HAYOT
Chef de projet Biodiversité
Région PACA
chayot @ maregionsud.fr

Pour en savoir plus.

Retour au sommaire

Agenda

le24 janvier
Paris

Journée jeunes chercheur.e.s « Infrastructures, écologie et paysage, sociétés et territoires »

Cette journée, organisée dans le cadre du programme de recherche ITTECOP, a pour but de permettre aux jeunes chercheur.e.s de faire état de leurs travaux en cours ou récemment achevés sur les nouvelles thématiques et problématiques autour des infrastructures - ferroviaires, routières, fluviales, énergétiques, portuaires ou aéroportuaires -  et de croiser les approches avec les partenaires opérationnels et les chercheurs confirmés.

du14 mai
jusqu'au16 mai
Limoges

Formation "Continuité écologique en rivière : réglementation, méthodes, techniques"

Contenu de la formation : obligations réglementaires, estimation de la franchissabilité ou l'infranchissabilité d'un ouvrage en rivière, techniques de restauration de la continuité écologique et de la préservation de la biodiversité : équipements (passes à poissons), dérasement, arasement, gestion des organes hydrauliques, impacts induits par les travaux de restauration : hydrauliques, hydrogéomorphologiques, paysagers, usages et réglementaires, demande et taux de subvention en fonction des aménagements, évolution du contexte réglementaire.

Retour au sommaire

À consulter

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

La Trame verte et bleue, un outil pour préserver les territoires

Cette publication présente la Trame verte et bleue dans le Parc naturel régional des Causses du Quercy et vise à apporter des précisions aux élus et aux techniciens sur la manière dont elle peut être prise en compte dans les Plans locaux d'urbanisme (PLU) et les Schémas de cohérence territoriale (Scot). Un focus est réalisé sur les milieux ouverts herbacés, sous-trame prioritaires du Parc.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

SRCE Rhône-Alpes : contribution sur les infrastructures linéaires de transport

Ce document dresse le bilan des actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes sur l'amélioration de la connaissance et la réduction de l'impact des infrastructures linéaires de transport sur les continuités écologiques. Il présente notamment :

  • la base de données des collisions faune et la détermination des point de conflits en Rhône-Alpes,
  • l’analyse de la fragmentation des infrastructures linéaires de transport sur deux secteurs d'étude : l'Est Lyonnais et la Plaine du Roannais,
  • l’animation du Groupe d’échange sur les infrastructures linéaires de transport et la Trame verte et bleue (GEIST).
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Colonisation par la végétation des passages sous les infrastructures : une étude de 10 ouvrages

Cette étude réalisée porte sur la colonisation par la végétation des passages sous les infrastructures. Elle a consisté à définir une méthode de collecte d’informations sur les passages inférieurs et la végétation, à réaliser des relevés sur 10 ouvrages et à en exploiter les données. Les cas étudiés sont des passages inférieurs sous des routes à 2 x 2 voies, de longueur de 23 à 29 m et de section d’ouverture de 16 à 120 m². Des propositions d’aménagements de ces passages inférieurs sont décrites, afin de favoriser le développement de la végétation, aussi bien terrestre qu'aquatique.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Favoriser la nature en ville avec des rues végétales

Cette synthèse présente deux études complémentaires sur le potentiel des rues comme espace de nature en ville. La capacité des trottoirs à accueillir de la végétation spontanée a tout d’abord été évaluée. Ensuite, l’étude a porté sur les perceptions et les préférences des habitants pour des pratiques d’aménagement et de gestion des trottoirs.

Retour au sommaire

Du côté de la recherche...

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Modelling landscape connectivity for greater horseshoe bat using an empirical quantification of resistance

La modélisation par les Chemins de moindre coût (LCP) est une approche très utilisée pour évaluer la connectivité. Cependant, plusieurs études ont pointé l'importance du choix des paramètres affectant les mouvements (qui doivent correspondre à une réalité biologique mesurée sur le terrain), ainsi que le besoin de valider le modèle de connectivité avec un jeu de données indépendant. Cet article propose un modèle de connectivité fonctionnelle pour le Grand Rhinolophe Rhinolophus ferrumequinum.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]

Identification et caractérisation de la TVB du PNR des Ardennes : comparaison des approches par habitat et par perméabilité des milieux

L’objet de cet article est de comparer deux approches d’identification et de caractérisation d’un réseau écologique couramment employées à travers l’étude du PNR des Ardennes. La première approche, dite « habitat », peut être qualifiée de structurelle. Elle s’appuie sur l’analyse de données d'occupation du sol par interprétation visuelle et repose sur une évaluation et une notation de tous les éléments paysagers en fonction de leurs qualités écologiques. La seconde, dite de perméabilité des milieux, est fonctionnelle puisqu’elle simule les déplacements potentiels d’espèces indicatrices à partir des réservoirs de biodiversité. Cet article montre que les deux approches peuvent s’avérer complémentaires pour identifier le réseau écologique d’un territoire et pallier aux différents biais qu’elles peuvent présenter individuellement.