Edito

La Trame verte et bleue : enjeu de la bonne articulation avec les politiques et outils du domaine de l’eau

Alexis Delaunay

Directeur du contrôle des usages et de l’action territoriale à l’Onema

En adoptant la loi sur l’eau et les milieux aquatiques en 2006 puis le Grenelle de l’environnement en 2009, la France a marqué sa volonté de mener d’une part une politique de l’eau ambitieuse et efficace en faveur de la reconquête du bon état des eaux dans le cadre de la directive cadre européenne sur l’eau, et d’autre part une politique nouvelle intégrant biodiversité et aménagement du territoire avec la Trame verte et bleue.

La législation sur l'eau dispose d'outils adaptés pour réglementer les installations, ouvrages, travaux ou activités (IOTA) implantés ou réalisés dans le lit mineur des cours d'eau ou impactant les zones humides. Ce sont, en particulier :

  • les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) adoptés en décembre 2009 dans chaque bassin pour la période 2010-2015, et les schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE),
  • les classements de cours d'eau (article L. 214-17 du code de l'environnement) interdisent la construction de tout nouvel obstacle à la continuité sur les cours d'eau classés en liste 1, et imposent le rétablissement de la continuité dans le délai de cinq ans pour tous les ouvrages implantés sur les cours d'eau classés en liste 2 (continuité « longitudinale » amont-aval du cours d'eau).

Mesure phare du Grenelle de l’environnement, la Trame verte et bleue, définie dans les schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE), s'appuie sur les cours d'eau classés au titre de la législation sur l'eau, mais elle permet aussi de compléter ce dispositif :

  • par la prise en compte des espèces semi-aquatiques (loutres, castors, desmans, …) et terrestres : les corridors fluviaux sont importants non seulement pour la faune aquatique et semi-aquatique, mais aussi pour la faune terrestre, qui se déplace le long des cours d'eau ;
  • par la prise en compte des boisements rivulaires des cours d'eau ainsi que des bras morts et zones humides en bordure de cours d'eau (continuité « transversale » au lit majeur) qui jouent un rôle d'épuration des eaux, de stockage d'eau en période d'inondation, ainsi que de réservoir de nourriture pour la faune aquatique (interaction entre écosystèmes terrestres et aquatiques). Leur intégration dans la trame verte et bleue permet leur prise en compte ultérieure dans les documents d'urbanisme, en vue d'assurer leur protection et leur restauration.

Les SRCE sont ainsi complémentaires des SDAGE, des SAGE et des outils existants et représentent une opportunité de synergie et d’innovation pour retrouver des rivières vivantes, dynamiques et fonctionnelles, restaurer la continuité des cours d’eau et les connexions latérales avec les milieux alluviaux ou humides, et favoriser le retour des poissons migrateurs et d'autres espèces animales et végétales.

Lire la suite
Retour au sommaire

Vie du groupe d'échange national

Créé en 2005, le groupe Trame verte et bleue est un lieu d’échanges entre «experts» et «praticiens» des corridors écologiques et des trames vertes et bleues. Le groupe comprend 40 PNR et des partenaires de plus en plus nombreux (établissements publics, collectivités territoriales, associations, laboratoires de recherche,…), pour un total d’une centaine de membres.

Prochain rendez-vous : le5 juin

Mobiliser les acteurs pour mettre en œuvre la TVB

    

La réussite de la Trame verte et bleue repose sur l’implication de l’ensemble des acteurs qu’ils soient décideurs, gestionnaires ou usagers de l’espace. Cela suppose une compréhension et une appropriation du sujet ainsi qu’une volonté / une envie de s’impliquer dans de telles démarches.

On note aujourd’hui un certain nombre de freins à cette implication qui peuvent être liés à la difficulté d’appréhender le sujet, à des conflits d’usage, ou encore à un défaut d’animation ou de concertation.

Comment mobiliser les acteurs autour de ces questions ? comment partager les enjeux ? comment enrichir les démarches TVB au fil des échanges ? comment assurer leur déclinaison locale ? avec quelle ingénierie locale / moyens d’animation?... sont autant de questions qui seront posées au cours de la journée organisée par la Fédération des Parcs naturels régionaux en partenariat avec le Cerdd Nord Pas de Calais.
Les supports des présentations et un compte-rendu des échanges seront disponibles à l'issue de cette journée.

Si vous souhaitez apporter votre témoignage au cours de cette journée ou des suivantes, qui porteront sur l'agriculture et sur l'énergie, n'hésitez pas à nous faire part de vos propositions ! contact

Retour au sommaire

Du côté des territoires...

Secteur boisé
Bastien Coignon

Vers la restauration de la continuité écologique de la Haute-Dronne


Le Parc naturel régional Périgord-Limousin a été lauréat d'un appel à projets du Ministère de l'Environnement et de la Datar en 2011 pour son projet « Démarches préparatoires à la restauration de la continuité écologique du réseau hydrographique de la Haute-Dronne ».

La Dronne fait partie des cours d’eau du territoire du Parc pressentis pour être classés en Liste 2 au titre du L214-17 du code de l’environnement. Ce classement va imposer aux propriétaires d’ouvrages (digues d'étangs, seuils d'anciens moulins, busages sous routes…), dans un délai de 5 ans, d’équiper leurs ouvrages pour rétablir la continuité écologique, c’est-à-dire permettre la libre la circulation des poissons et le transfert naturel des sédiments de l’amont vers l’aval.

Le but de ce projet de 18 mois, qui prend fin en mai 2013, est de trouver des solutions techniques et financières pour permettre le rétablissement de la continuité écologique sur 18 ouvrages sur la Dronne. La présence dans la Dronne de la Petite Mulette (Margaritifera margaritifera), espèce emblématique des cours d’eau cristallins, associée à une eau de très bonne qualité, est également prise en compte dans la recherche de scénarii. Ces scénarii étudiés pour chaque ouvrage doivent donc intégrer la grande sensibilité de l’espèce au colmatage et au recouvrement par les sédiments fins. Les travaux qui en découleront devront ainsi limiter au maximum les départs vers l’aval d’éléments fins (<1 mm).

La difficulté majeure de cette étude, est liée à l’animation simultanée sur 18 sites et à l’absence des classements au titre du L214-17. Il est ainsi nécessaire de consacrer beaucoup de temps pour expliquer et éviter l’amalgame entre l’étude en cours et le futur classement réglementaire.

D’un point de vue technique, la présence de la Petite Mulette complique l’établissement des scénarii en interdisant l’option "gestion des vannages". En effet, cette option entrainerait l’accumulation dans la retenue de l’ensemble des sédiments tout au long de l’année, et lors des périodes d’ouverture des vannes, seule une partie de ces derniers seraient remobilisés, dont une majorité d’éléments fins qui poseraient problème en aval en colmatant et asphyxiant les milieux.

L’effacement de l’ouvrage quel qu’en soit l’usage, est le premier scénario étudié, car il est considéré comme la meilleure et souvent la moins onéreuse opération de restauration des milieux aquatiques. Ensuite, si le site le permet, 2 autres scénarii sont étudiés, l’abaissement de la hauteur de l’ouvrage, et l’équipement par une dérivation fonctionnelle.

Cet accompagnement des propriétaires d’ouvrages, porté par le Parc et la synergie mise en place autour de ce projet entre les différents partenaires administratifs, doit permettre de déboucher, dans le dialogue, sur des solutions de travaux, le choix final revenant aux propriétaires. À terme, le rétablissement de la continuité écologique sur la Haute Dronne permettra d’accroître la production naturelle de truites sauvages, ainsi que la survie de la Petite Mulette.


Passage busé © Bastien Coignon

Plat courant sur la Dronne © Bastien Coignon

Contact

Bastien Coignon
Chargé de mission continuité écologique Haute-Dronne
b.coignon@pnrpl.com
Lire la suite
Retour au sommaire

Actualités nationales

Préparation de la loi cadre sur la biodiversité : des concertations régionales

le24 avril

Face au recul inquiétant de la variété et de la diversité du monde vivant au plan mondial, la 10ème conférence des Parties à la convention sur la diversité biologique a adopté en octobre 2010 une stratégie mondiale 2011-2020 qui constitue le cadre de nos engagements internationaux.

Lors de la conférence environnementale, qui s’est tenue les 14 et 15 septembre 2012, deux priorités ont été assignées à l’action du Gouvernement dans les secteurs de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie :

  • L’élaboration d’une loi sur la  transition énergétique qui doit être préparée par un vaste débat national qui s’est engagé le 29 novembre dernier ;
  • Faire de la France un pays exemplaire en matière de reconquête de la biodiversité avec un chantier prioriaire : l’élaboration d’une loi-cadre « biodiversité » d’ici l’automne prochain.

Pour répondre à ces enjeux, le canevas du contenu de la future loi comporterait à ce stade, outre la définition de nos grands objectifs en matière de biodiversité, cinq titres plus spécifiques, portant sur la création de l’agence nationale pour la biodiversité, l’établissement d’un régime d’accès aux ressources génétiques et de partage des avantages découlant de leur utilisation, la simplification de la gouvernance de la biodiversité avec notamment la création d’un comité national de la biodiversité, la clarification des outils de préservation de la biodiversité, et enfin un volet paysage.

La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie a souhaité que la préparation de cette loi s’appuie sur une réflexion collective par l’ensemble des acteurs. Un des éléments de cette démarche consiste en des contributions régionales élaborées à partir des apports des acteurs de chaque région. Les Préfets de Région ont donc été invités à organiser une concertation locale, en lien avec les Présidents de Conseils Régionaux. Ces débats régionaux sont engagés depuis le mois de mars 2013 et s’appuient, dans certaines régions, sur les comités régionaux trame verte et bleue.

Les états généraux de la modernisation du droit de l’environnement

le24 avril

Delphine Batho a présenté, le 16 avril 2013, les états généraux de la modernisation du droit de l’environnement. Objectif: améliorer l’efficacité des normes pour revenir à leur vocation première, protéger l’environnement.

Les états généraux vont être un processus de construction collective et progressive. La première étape des états généraux, qui se déroule jusqu’au 25 juin 2013, doit permettre de dresser un diagnostic des qualités et des défauts du droit de l’environnement, ainsi que des voies d’améliorations souhaitables. Dans une seconde étape, les recommandations d’évolution qui auront été validées feront l’objet d’un travail d’approfondissement en vue de leur mise en œuvre.

Pour en savoir plus 

Circulaire du 18 janvier 2013 sur la préservation des cours d'eau et la restauration des continuités écologiques pour les cours d'eau classés

le18 janvier

Cette circulaire précise les principes généraux et les modalités d’application des classements de cours d’eau prévus à l’article L.214-17 du code de l’environnement, une fois ces classements arrêtés par le préfet coordonnateur de bassin. Elle apporte des éléments d’interprétation et de méthodologie afin que les services de police de l’eau, les services instructeurs des concessions hydroélectriques et des ICPE, appréhendent de manière homogène le traitement de projets d’ouvrages nouveaux de travaux dans le lit mineur des cours d’eau de la liste 1 et les prescriptions à imposer aux ouvrages sur les cours d’eau de la liste 2.

Voir la circulaire

Résultats de l'appel à projets "TVB urbaines"

le11 avril
Olivier Brosseau/METL-MEDDE

Dans le cadre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité 2011 - 2020, le Ministère en charge de l'Ecologie a lancé en octobre dernier un appel à projets intitulé « Élaboration de trames vertes et bleues urbaines et valorisation de friches ». 

Cet appel à projets vise à soutenir des projets de mise en oeuvre de la TVB en milieu urbain sur le territoire national. Ceux-ci portent sur des actions concrètes d'aménagement à l'échelle d'un îlot ou d'un quartier ou sur une réflexion plus globale à l'échelle d'une ville ou d'une agglomération, sans se limiter aux zones urbaines denses.

Retrouvez l'ensemble des lauréats de cet appel à projet sur le site du MEDDE.

Retour au sommaire

Actualités des régions

Dynamiques d’élaboration des schémas régionaux de cohérence écologique

le24 avril

Les équipes régionales (État et Région) sont toutes engagées dans l’élaboration des schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE).

Les travaux de construction des schémas sont en cours dans la quasi totalité des régions, en concertation ou co-construction avec les acteurs locaux (ateliers thématiques ou territoriaux) et en association avec un comité régional trames verte et bleue ou un comité de préfiguration. L’identification et la cartographie de la Trame verte et bleue sont en cours dans 19 régions, l’élaboration du volet plan d’action des SRCE est lancée dans la moitié des régions et les premières consultations formelles, avant enquête publique, ont été engagées sur les projets de SRCE des régions Ile-de-France et Nord-Pas-de-Calais. L’enquête publique sera lancée en Ile-de-France avant la fin du mois d’avril 2013.

Auvergne

Deuxième Comité régional trames verte et bleue

le28 mars

Un deuxième Comité régional trames verte et bleue s’est tenu jeudi 28 mars 2013 et a permis de faire le point sur l’état d’avancement du schéma régional de cohérence écologique (SRCE) :

  • 9 réunions territoriales rassemblant près de 250 acteurs du territoire ont permis de partager, compléter, amender un diagnostic des continuités écologiques de l’Auvergne,
  • 7 ateliers d’experts ont permis de proposer une méthodologie de définition de la trame verte et bleue,
  • enfin la procédure d’évaluation environnementale du schéma a été lancée le 25 octobre 2012.

Le comité a également permis de présenter les modalités des prochaines concertations prévues au second semestre 2013 et notamment la tenue de réunions départementales autour du projet de trame verte et bleue et de plan d’actions associé.

En savoir plus

Basse-Normandie

Des réunions territoriales sur le Schéma Régional de Cohérence Ecologique

le8 avril

Du 15 mars au 2 avril, 13 réunions territoriales sur le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) ont eu lieu à destination des élus et des acteurs locaux qui interviendront dans sa mise en œuvre. Ces réunions ont permis de présenter le contenu du schéma et d’échanger avec plus de 400 participants sur les enjeux écologiques de leur territoire. Le SRCE sera ensuite mis en consultation avant l’été puis fera l’objet d’une enquête publique.

En savoir plus

Champagne-Ardenne

Installation du Comité régional Trame verte et bleue

le28 mars

L'installation du CR-TVB de Champagne-Ardenne, composé de 76 membres, s'est tenue le jeudi 28 mars dernier à l’Hôtel de Région à Châlons-en-Champagne, sous la présidence conjointe de Jean-Paul BACHY, Président de la Région Champagne-Ardenne, et de Pierre DARTOUT, Préfet de la Région Champagne-Ardenne.
Pour plus de détails sur son contenu ainsi que sur l'état d'avancement du SRCE, rendez-vous sur la page dédiée:
En savoir plus

Lorraine

Première réunion du Comité régional Trame verte et bleue

le5 avril

Le 5 avril 2013 s’est tenue la 1ère réunion du Comité Régional Trame Verte et Bleue en Lorraine. Ce comité, présidé par M.MASSERET, Président du Conseil Régional de Lorraine et par M.MEDDAH, Préfet de la région Lorraine, en présence de M.BEGUIN, Vice-Président du Conseil Régional et de Mme GAY, directrice de la DREAL Lorraine, a permis de lancer officiellement les travaux d’élaboration du SRCE lorrain. Celui-ci s’appuiera sur les nombreuses études de Trame Verte et Bleue déjà réalisées en Lorraine.

Nord-Pas de Calais

Le schéma régional de cohérence écologique Trame verte et bleue du Nord - Pas de Calais en phase de consultation

le26 mars

Pionnière en matière de Trame verte et bleue et de protection de la biodiversité, la Région Nord - Pas de Calais inscrit l'élaboration du SRCE dans la continuité de la démarche Trame verte et bleue initiée dès les années 1990. On parle donc aujourd'hui de SRCE-TVB. Depuis la mi 2011, l'élaboration du SRCE-TVB a reposé sur un groupe scientifique coordonné par le Conservatoire Botanique National de Bailleul et sur l'association d'un grand nombre d'acteurs au travers d'ateliers de concertation, de séminaires, de contributions écrites,...
Le projet de SRCE-TVB proposé par la Région et l'Etat est entré depuis le 26 mars 2013 en phase de consultation, pour une durée de trois mois. Les documents sont téléchargeables sur le site internet : srce-tvb-npdc.fr
Cette phase sera ensuite suivie de l'enquête publique en fin d'année, puis de la procédure d'approbation.

En savoir plus

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Organisation de 6 ateliers territoriaux

le12 avril

Les travaux relatifs au SRCE ont débuté en 2011 en PACA et ont été ponctués de rencontres techniques pour construire le diagnostic. 6 ateliers territoriaux ont été organisés en mars et avril afin de co-construire le plan d'action.

En savoir plus

Retour au sommaire

Actualités locales

Des plantations d'arbres pour renforcer la TVB de l'Arrageois (62)

le14 mars

La communauté urbaine d’Arras a participé à la plantation de 3 ha d’arbres à Beaurains (62). En tout, près de 15 000 arbres ont été plantés. La préservation et le renforcement envisagés de ces différents milieux avec la plantation de boisements, d’arbres d’alignement et de haies et la création de mares offriront un site de prédilection pour la flore et la faune et participeront à préserver et développer la biodiversité en secteur urbanisé dans le cadre d’une démarche de réintroduction de la nature en ville. Des connexions avec les milieux naturels environnants seront également favorisées.
Comme Beaurains, sept sites de l’Arrageois ont pu bénéficier de ce boisement porté par la CUA en réponse à l’appel à projet régional intitulé « Boisement et corridors biologiques ».

En savoir plus sur le démarche TVB de la Communauté urbaine d'Arras
Fiche action de l'EPF du Nord-Pas de Calais sur l'opération menée à Beaurains

Des actions pour restaurer les cours d'eau - Lanvellec (22)

le27 mars

Un bilan des travaux conduits par Lannion-Trégor agglomération suite au programme d'action défini en 2009 vient d'être réalisé. Ces travaux ont vocation à répondre à trois enjeux : la continuité écologique et le peuplement piscicole, et la qualité des milieux aquatiques.

Sur 348 ouvrages recensés, 232 sont franchissables, 48 difficilement franchissables et 69 infranchissables. Un programme de travaux est réalisé depuis 2010 et se poursuit en 2013. 23 obstacles ont été aménagés, plus de 30 km rouverts à la circulation piscicole. Pour la loutre d'Europe, la première cause de mortalité est la collision routière. Cinq ouvrages sont à risque dont trois sur la RD 786, deux ont été aménagés et un autre est prévu en 2013.

Pour la suite possible, il est envisagé de concentrer les actions sur les cours d'eau les plus importants, le Yar, le Roscoat, le Kerdu et le Yaudet, viser les sites où la circulation peut être améliorée, rouvrir certains secteurs sur les cours d'eau principaux pour favoriser l'éclaircissement des radiers à saumon, tenter des opérations de gestion des plantes exotiques envahissantes telle la renouée du Japon.

Une étude TVB pour l'agglomération de Troyes

le21 mars

C'est dans le cadre du Schéma de cohérence territoriale mis en place par le syndicat Départ, et à la suite du Grenelle de l'environnement, que vient d'être réalisé un document très complet portant sur « la trame verte et bleue de la région troyenne ».
Le document, distribué à l'ensemble des élus des communes membres du syndicat Départ, développe, entre autres, les milieux accueillant des savarts dans la partie de Champagne crayeuse, les prairies, la vallée alcaline du côté de la Barbuise, sans oublier la trame forestière ou la trame aquatique avec nombre d'étangs.
L'occasion de découvrir également que l'agglomération troyenne accueille encore bon nombre d'espèces animales telles que le gobemouche gris, l'engoulevent d'Europe, le pipit farlouse, la pie-grièche écorcheur, la mésange boréale et la rousserole effarvatte.

Retour au sommaire

Actualités Internationales

La communauté métropolitaine de Québec lance à son tour une Trame verte et bleue!

le7 mars

Après la communauté métropolitaine de Montréal qui a lancé en janvier 2013 un projet d’investissement de 150 millions de dollars pour constituer sa trame verte et bleue, la communauté métropolitaine de Québec annonce, elle aussi, des investissements destinés à la réalisation de projets qui visent à concrétiser les trames verte et bleue du territoire.

Concrètement, l'aide financière servira à la réalisation de huit projets structurants et mobilisateurs qui préserveront la biodiversité de la région tout en mettant en valeur son immense potentiel récréotouristique. Sept de ces projets s'articuleront autour de trois grands axes : le fleuve, les rivières et les lacs (trame bleue), les espaces naturels terrestres (trame verte) et les réseaux pédestres et cyclables (tissant un véritable lien entre les divers éléments des trames).

Communiqué de presse

Retour au sommaire

Zoom sur...

Société 4 Vents

Mise en place d'un contrat de territoire "corridors biologiques" en Sud Grenoblois

La communauté de communes du Sud Grenoblois regroupe 16 communes localisées au sud de l'agglomération grenobloise. Le territoire s’étage de la plaine du Drac (250 m environ) aux montagnes de Séchilienne (environ 2 000 m). Il est traversé par trois cours d'eau principaux (la Romanche, le Drac et le Vernon) et offre une grande diversité de milieux et de paysages, allant des plaines agricoles et urbanisées aux forêts d’altitude. 20% du territoire est ainsi composé d’espaces agricoles et 57% de forêts. Ce territoire, grâce aux influences montagnardes et méditerranéennes, a un intérêt très marqué pour la faune et la flore.

La présence de la plus ancienne réserve naturelle nationale (le lac du Luitel), de deux réserves régionales (l'étang de Haute Jarrie et les Îles du Drac), d'un site Natura 2000, de nombreuses zones humides, de coteaux secs et d’espèces patrimoniales atteste d'une richesse écologique qu'il convient de préserver. Cependant, de fortes pressions urbaines sont présentes sur le territoire suite à la proximité de l'agglomération de Grenoble.

La communauté de communes du Sud Grenoblois s'est engagée en 2012 dans une étude préalable à un contrat de territoire « corridors biologiques », outil proposé depuis plusieurs années par la région Rhône-Alpes. Le pilotage de ce projet a été confié à la LPO Isère, appuyée par les associations Gentiana (flore), Flavia (papillons) et la Fédération de pêche de l'Isère. L'étude préalable au contrat de territoire, qui se déroule sur une période de 2 ans, vise à :

  • élaborer un diagnostic partagé du territoire en termes de continuité écologique,
  • analyser finement cinq secteurs prioritaires,
  • monter un plan d'actions opérationnelles,
  • accompagner l'élaboration du schéma de secteur (déclinaison du SCoT de la région urbaine grenobloise),
  • sensibiliser les habitants et communiquer sur la Trame verte et bleue.

Suite au montage du plan d'actions, la signature du contrat de territoire « corridors biologiques » avec la région Rhône-Alpes est prévue pour mi-2014. Cette contractualisation permettra de réaliser 4 types d'actions en faveur des continuités écologiques pendant une période de 5 ans :

  • l'intégration des enjeux « connectivité écologique » dans les documents de portée réglementaire,
  • la réalisation de travaux ou de mesures de préservation ou de restauration de la connectivité,
  • la conduite d'études complémentaires et de programmes de suivi des actions,
  • la communication, la pédagogie et l'animation du projet.

Avancement du projet

Un comité technique et scientifique suit régulièrement l'avancement du projet. Le diagnostic a été présenté au comité de pilotage fin janvier 2013. La méthode de cartographie mise en place se base sur l'analyse de la fragmentation par l'urbanisation (méthode « fragmentation urbaine et perturbations » développée par la LPO Isère). Un état des lieux des connaissances a permis de croiser les résultats de cette analyse avec des zones à enjeux identifiées par d'autres démarches (par exemple le réseau écologique du département de l'Isère). Cinq secteurs prioritaires ont été identifiés qui seront analysés à l'échelle du 5 000ème par la suite. Il s'agit de continuités de pelouses sèches, d'une connexion du plateau de Champagnier au Drac, d'un cours d'eau et d'un ensemble de zones agricoles, ainsi que de zones humides s'imbriquant au milieu urbain. Les premières actions de communication sont lancées : la création d'un logo, le financement d'animations scolaires sur la biodiversité, la publication d'une lettre d'informations et la mise en place d'un concours photo sur la faune.


© Maurice Botrel

Lettre d'information N°1

Contacts

  • Fanny Charron, responsable du service aménagement et environnement, Communauté de communes du Sud Grenoblois, fanny.charron@sudgrenoblois.fr
  • Chef de projet : Julia Florian, chargée de mission Trame verte et bleue, LPO Isère, tvb.isere@lpo.fr

Lire la suite
Retour au sommaire

Agenda

le17 mai
Toulouse (31)

Journée Technique "Gestion des Infrastructures et Biodiversité"

Espace d’échange entre services de l’Etat et Collectivités, cette journée technique aura pour objectif de traiter de la prise en compte la biodiversité dans la gestion des infrastructures et la politique du gestionnaire d’infrastructure.
Gestion différenciée des bords de route, identification des franchissements à enjeux en vue d'aménager les ouvrages, recommandations pour une meilleure préservation de l'avifaune, gestion des ouvrages d'art et maintien d'une continuité piscicole seront quelques-uns des thèmes traités lors de cette journée.

du21 mai
jusqu'au24 mai
Montpellier

Formation "TVB : méthodes appliquées en information géographique"

Cette formation organisée par AgroParisTech vise à:

  • connaitre les méthodes usuelles d’élaboration des trames verte et bleue à partir des données géographiques et de l’utilisation d’outils SIG ;
  • mesurer leurs limites et apprécier leur pertinence dans le contexte local d’application ;
  • pratiquer et paramétrer les traitements SIG des méthodes présentées ;
  • découvrir les méthodes en développement dans les organismes de recherche.
du4 juin
jusqu'au7 juin
Grenoble (38)

Formation "Mise en oeuvre opérationnelle et gestion des continuités écologiques"

Cette formation, organisée par l'Aten, a pour objectif d'appréhender la mise en œuvre opérationnelle des continuités écologiques identifiées et de connaître les difficultés et leviers inhérents à leur restauration.

Attention, les inscriptions sont clôturées 1 mois avant le début du stage. Inscrivez-vous dès maintenant !

du11 juin
jusqu'au14 juin
Rennes

6e journées françaises de l’Ecologie du Paysage

Ces journées sont le rendez-vous privilégié des scientifiques et aménageurs qui souhaitent échanger sur les fondements, les avancés et les perspectives de la recherche en Ecologie du Paysage. Elles ont lieu tous les deux ans. La 6ème édition aura lieu à Rennes du 11 juin au 14 juin sur le thème "Dynamiques écologiques des paysages : de l’agricole à l’urbain".
Cette année, en plus de sessions de sujets ouverts, deux thèmes seront à l’honneur : l’Ecologie Urbaine et les Dynamiques Ecologiques à Moyen et/ou Long Terme.

du13 juin
jusqu'au14 juin

Voyage d'étude "Trame verte et bleue : de la cartographie à la mise en œuvre"

A l’échelle du Massif central de nombreux savoir-faire ont été développés pour préserver et restaurer des continuités écologiques. Avec le soutien de la DATAR et des Régions du Massif central, le réseau des Parcs du Massif central (IPAMAC) porte un projet de mutualisation et de transfert des acquis de ces expériences.

Retour au sommaire

A consulter

De nouvelles fiches expériences sur le Centre de ressources TVB!

4 nouvelles fiches expériences ont été réalisées par la Fédération des Parcs naturels régionaux et l'Aten dans le cadre du Centre de ressources TVB.

Restaurer les continuités écologiques des bourgs pour des « Villages durables et désirables »
Identification de la TVB communale niortaise et actions transversales en faveur de la biodiversité
Expérimentation d’une mesure agro-environnementale territorialisée « Corridor écologique » dans le PNR des Causses du Quercy
Mise en place d’une mesure agro-environnementale territorialisée « Corridor écologique »

Retrouvez ces fiches et bien d'autres expériences recensées sur le site du Centre de ressources TVB ! Vous souhaitez partager votre retour d'expérience ? N'hésitez pas à nous contacter !

23 nouveaux retours d'expériences dans le recueil d’expériences sur l’hydromorphologie des cours d’eau

Le recueil d’expériences sur l’hydromorphologie des cours d’eau, destiné aux acteurs de l’eau et partenaires locaux a pour ambition d’inciter à la mise en œuvre de nouvelles actions de restaurations physiques du cours d’eau. Actualisé en 2012, il regroupe sous forme de fiches, des arguments en faveur de la restauration des cours d’eau et présente plus de 80 exemples d’opérations qui ont eu lieu ces 20 dernières années. Il est le fruit d’un partenariat entre le ministère en charge du développement durable, les agences de l’eau et l’Onema.
Vous avez dès à présent la possibilité de consulter les 23 nouveaux retours d'expériences de restauration hydromorphologique qui viennent d'être mis en ligne !
Contact : Josée Peress - josee.peress@onema.fr

Recueil d'expériences

Recueil méthodologique sur la Trame verte et bleue

Espaces naturels régionaux a publié entre 2010 et 2012 plusieurs documents techniques dans le but de faciliter la déclinaison territoriale de cette politique et de mutualiser les expériences et les savoir-faire, à l’échelle de la région Nord – Pas de Calais. Ils ont pour objectifs premiers de donner les informations essentielles à tout acteur de l’environnement et d’aider à la décision pour agir et rendre opérationnelle la Trame verte et bleue à l’échelle des territoires. Ces documents sont aujourd’hui réunis dans un recueil méthodologique.

Ce recueil, disponible depuis fin janvier 2013 sous format numérique (DVD-rom), s’adresse aux élus, décideurs, associations, bureaux d’études, propriétaires et gestionnaires privés, etc. Il contient les trois cahiers techniques de la collection “la Trame verte et bleue dans les territoires du Nord – Pas de Calais”, les deux référentiels techniques pour les territoires dédiés à la Trame verte et bleue et cinq court-métrages mettant en valeur des actions concrètes en faveur des trames écologiques.

Si vous souhaitez recevoir ou diffuser le recueil méthodologique, n’hésitez pas à le demander !

Contact : Fabien Brimont -  f.brimont@enrx.fr

Guide Stratégie foncières locales et mobilisation des outils fonciers en faveur de la biodiversité

Le CETE Méditerranée associé à de nombreux partenaires vient de publier un guide méthodologique sur les stratégies et actions foncières à mener pour une maîtrise des sites (par acquisition ou contractualisation) et une gestion et des usages adaptés aux enjeux de biodiversité. Ce guide s'adresse notamment aux acteurs publics (collectivités, services de l’État, établissements publics). Il a pour objectif de les aider à définir et à mettre en œuvre des stratégies foncières locales en faveur de la biodiversité et à identifier l’ensemble des acteurs fonciers potentiels et les modalités d’optimisation de leur mobilisation.

Grande faune forestière et corridors biologiques : l’apport de connaissance par la grande vènerie

L’analyse de plusieurs décennies d’archives sur les parcours de chasse à courre du cerf fournit des informations précieuses sur les corridors biologiques existant à l’intérieur des massifs forestiers et entre massifs, y compris avant l’installation des grandes infrastructures linéaires et les expansions urbaines. La Société de vènerie, l’ONCFS et l’ONF ont ainsi lancé en 2012 les 3 premières études sur les massifs de Fontainebleau, du Perche et du sud Picardie.

Lors des études préalables à la réalisation de grands projets linéaires (routes, autoroutes, voies ferrées,…) ou dans le cadre de projets d’urbanisation, ces connaissances peuvent permettre de renseigner très précisément sur leurs impacts sur la faune, et, si les projets ne peuvent être évités, de préconiser des aménagements judicieusement positionnés.

Les chemins ruraux - Guide pratique et juridique

Dans le contexte actuel d’homogénéisation des milieux et de rupture de leurs connexions, la biodiversité est souvent mise à mal. Sa préservation est devenue une priorité et s’appuie sur le maintien à la fois de réservoirs de biodiversité et des liaisons entre ces derniers : la Trame Verte et Bleue.
Les chemins ruraux ont toute leur place dans l’élaboration de cette trame car ils facilitent la circulation et le flux des espèces floristiques et faunistiques, ils traversent une diversité de milieux et permettent leur connexion et ils offrent une grande diversité d’habitats.
Toutefois, pour présenter ces intérêts, faut-il encore qu’ils soient préservés !
Pour aider l’ensemble des acteurs des chemins (élus, riverains, usagers, etc.) dans leurs démarches de sauvegarde, l’association Chemins de Picardie a édité un guide pratique et juridique des chemins ruraux.
Contact: cheminsdepicardie@naturagora.fr

Rencontres Eau, espaces, espèces

Ces Rencontres ont permis de présenter des projets réalisés dans le cadre de la plate-forme Eau, espaces, espèces du plan Loire grandeur nature (2007-2013). Au travers d’ateliers thématiques et de plénières, elles ont également permis d’échanger à partir d’expériences développées sur d’autres bassins fluviaux en faisant le lien avec l’évolution des politiques publiques (zones humides, trame verte et bleue, stratégie de création d’aires protégées …).

Elles ont réuni plus de 350 personnes impliquant maîtres d’ouvrage, organismes et institutions concernés par ces thématiques sur le bassin de la Loire ou d’autres fleuves français ou européen.

Retrouvez l'ensemble des présentations en téléchargement

Lettre N°5 du projet Couloirs de vie (CG38)

Le dernier numéro de la lettre "Corridors biologiques" éditée par le Conseil général de l'Isère vient de sortir.
Il revient sur les dernières avancées du programme Couloirs de vie piloté par le Conseil général, département pionnier dans la mise en place de la TVB.

Mauges et Choletais: lettre "Echos de trames n°2"

Ce second numéro revient sur les dernières avancées du programme "Pour une trame verte et bleue comprise et partagée sur les Mauges et le Choletais".
Entre 2011 et 2012, une première phase d’état des lieux avait permis l’identification et la validation d’une carte des trames vertes et bleues sur le Pays des Mauges. Il s’agit désormais de passer de la carte à l’action ! En ciblant les agriculteurs dont tout ou partie de l’exploitation présente un enjeu de continuité écologique, déjà plus d’une trentaine de diagnostics ont été engagés. Objectif : au sein du système d’exploitation, restaurer ou préserver les éléments structurants de la trame verte (haies, bosquets, etc) et bleue (cours d’eau, mares, etc).

Echos de trames N°2

TVBoise du Ternois N°10

Ce journal, réalisé par le CPIE Val d'Authie en partenariat avec le Pays du Ternois, a pour but de tenir informés les élus du Pays du Ternois de l'avancée des projets TVB sur leur territoire, ainsi que des points d'actualité liés à la TVB, la biodiversité, les espaces naturels...

Jeu : Feu vert pour la Trame verte et bleue

Ce jeu s'adresse aux enseignants, animateurs de club nature, acteurs du territoire, élus et autres personnes soucieuses de former jeunes et adultes aux enjeux du dispositif de la trame verte et bleue. Inventé par la FRAPNA puis adapté au contexte du Sud-Est de la France par Irstea, il vise à comprendre comment les aménagements du territoire interfèrent de façon négative, mais aussi de façon positive, sur la richesse en espèces végétales et animales.

Jeu et dossier pédagogique à télécharger sur le site internet d'Irstea

Le jeu des 100 Pas

Dans le but de sensibiliser le grand public à la Trame Verte et Bleue, le Parc naturel régional du Haut Jura a réalisé un jeu de cartes « Les 100 pas ».                

L’objectif : être le premier à créer un corridor de 100 pas pour permettre aux espèces de se déplacer. Mais attention, les adversaires ne manqueront pas de mettre en travers de ce corridor des obstacles qu’il conviendra de solutionner avant de pouvoir poursuivre…

Ce jeu est distribué gratuitement aux partenaires du Parc et est proposé à la vente à la boutique du Parc (6 Euros). Vous pouvez également l'acheter depuis la boutique internet. Il sera également un support de communication pour l’élaboration du Scot du Haut-jura qui devra intégrer ces problématiques.