Les corridors d’infrastructures peuvent-ils être des corridors écologiques ?

Jean-François Lesigne (CILB) et Elodie Russier-Decoster (UICN)

Club Infrastructures Linéaires et Biodiversité et Comité français de l’Union Internationale de Conservation de la Nature
      

Une infrastructure linéaire de transport et son emprise – route, autoroute, voie ferrée, canal, rivière aménagée, gazoduc, ligne électrique - peut-elle contribuer aux continuités écologiques et de quelle manière ? Tel est le sujet sur lequel ont souhaité travailler les neuf structures membres du CILB[1] bien conscientes par ailleurs des impacts de leurs infrastructures sur la biodiversité, avec le Comité français de l’UICN France.

Lundi 3 novembre, le séminaire organisé par le CILB avec l’appui de l’UICN France a réuni 170 participants issus d’horizons très variés. A cette occasion, ils ont échangé leurs expériences et partagé leurs visions pour apporter des éléments de réponses à la question : « les corridors d’infrastructures peuvent-ils être des corridors écologiques ? » et identifier à quelles conditions cela est possible, afin d’optimiser le rôle des emprises vis à vis des corridors écologiques dans une approche globale et multi-échelles. Des exemples de réalisations françaises et étrangères ont permis de lancer un large débat qui a abouti aux principales conclusions suivantes :

  • Tout d’abord, les gestionnaires d’infrastructures linéaires réalisent de nombreux aménagements en faveur de la biodiversité. En généralisant ces expérimentations avec une vision territoriale et en les intégrant davantage à la stratégie d’entreprise impliquant l’ensemble des collaborateurs, l’impact positif sur la biodiversité serait accru.
  • Ensuite, les impacts des infrastructures sur la biodiversité peuvent être significativement diminués lorsque les entreprises anticipent les travaux en prenant en compte cette question dès la conception, travaillent en concertation avec les partenaires locaux et développent des synergies avec eux.
  • Enfin, on constate que des suivis écologiques analysant l’efficacité des actions mises en œuvre gagneraient à être développés à l’échelle des emprises et des territoires au moyen de protocoles standardisés en impliquant notamment des instituts de recherche.

Ce séminaire a constitué une étape décisive pour la poursuite des réflexions sur ce sujet. Il sera suivi d’une publication réalisée par l’UICN France à destination des décideurs publics, des acteurs des territoires, des gestionnaires, des ONG et des chercheurs. Celle-ci orientera les choix à réaliser pour l’expérimentation et l’innovation ainsi que les sujets de recherche à développer.


[1] CILB – regroupant ERDF et RTE pour l’électricité, GRTgaz et TIGF pour le gaz, RFF et LISEA pour le rail, Eiffage Concession et ASFA pour les autoroutes et VNF pour les voies d’eau